L’E.S.T. au Tournoi d’Al Ahly : Utile à plusieurs niveaux





EST - Gaziantepsor (1 - 1) L’Espérance a certes raté la victoire finale lors du tournoi d’Al Ahly mais les satisfactions individuelles et collectives étaient nombreuses. En effet, après la victoire sans histoire obtenue en demi-finale contre Mithayland du Danemark avec une formation largement remaniée, l’Espérance a réussi une belle sortie en finale devant les Turcs de Gaziantepspor avant de s'incliner in-extremis après l’épreuve des tirs au but. Lors de cette finale Claude Andrey et contre toute attente a aligné à deux éléments près la même formation de samedi donnant une nouvelle occasion aux Bhaïri, Kasraoui,Yaken, Kasdaoui et Ouji de gagner en compétitivité et se passant des services des habituels titulaires et des nouvelles recrues. Un choix qui s’est avéré judicieux dans la mesure où le rendement de l’ensemble a été très satisfaisant avec un Jomaâ impressionnant de puissance et d’aisance, un Yaken en hausse, un Zaïem, maître du milieu, et un Chaâbani imposant le respect. Devant des Turcs menés par un brillant Tarak Ettayeb et un remuant Lazarov, les Sang et Or ont pris le jeu à leur compte par moments et ont pu aspirer à la victoire en fin de match après avoir égalisé par Jomaâ suite à un coup franc de Zaïem et une remise de la tête de Bhaïri. Auparavant les Turcs avaient ouvert le score sur penalty par Lazarov. * Formation de l’Espérance Kasraoui, Yaken, Guizani (Nwaneri 68’), Bhaïri, Chaâbani, Zaïem, Mnari, Melki (Udeh 58’), Ouji (Cabungula 74’), Jomaâ, Kasdaoui. * Nwaneri et Udeh : des signes rassurants Même si ce tournoi ne nous a pas permis de porter un jugement objectif sur les nouvelles recrues espérantistes dans la mesure où Dos Santos et Ben Radhia n’ont pas joué alors que les Nigérians n’ont pris part face aux Turcs que pendant vingt minutes (Nwaneri) et trente minutes (Udeh). Mais force est de reconnaître que les ex-sociétaires d’Enyimba ne manquent ni de talent ni d’audace. Assurément, ces deux recrues devraient faire beaucoup de bien au club de Bab Souika lors de la phase retour. Reste le cas de l’Angolais Cabungula, celui-ci a joué samedi tout un match et a été incorporé à quinze minutes de la fin mais malgré toute sa bonne volonté et son gabarit impressionnant, il n’a pas totalement convaincu. Il a peut-être souffert du manque de soutien et de quelques problèmes d’adaptation. Il est à revoir dans d’autres circonstances davantage favorables. Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com