Musique : Bouchnaq le Russe, Kirkorov l’Arabe





Un projet de collaboration entre deux grands chanteurs, l’un Tunisien, l’autre Russe, est en cours de réalisation. A la clé: un gala et un album. “Philip est un grand artiste. Il a une voix exceptionnelle. J’ai trouvé en lui une grande passion pour le travail sérieux. Notre rencontre est en train d’aboutir à un travail dédié à l’amour, à la femme, aux rêves de petites gens, à la paix et à la compréhension entre les hommes”, dit Lotfi Bouchnaq. “Lotfi est un grand artiste. Il est doué d’une sensibilité et d’une intuition artistique assez exceptionnelle. Je l’ai découvert à travers le gala d’ouverture de la CAN 2004. Sa musique m’a ébloui. J’ai pris contact avec lui pour lui montrer mon travail. Le courant est très bien passé. Lotfi m’a invité chez lui, m’a présenté sa femme russe, son fils Mohamed Ali. Nous avons une chose en commun: nous sommes tous les deux cosmopolites, ouverts aux cultures du monde. Et nous avons aussi tous deux le titre d’ambassadeur de la paix des Nations unies”, dit Philip Kirkorov. Les deux hommes ont donné une conférence de presse mardi soir au Centre culturel russe à Tunis en présence du directeur du Centre, Nicolay Nasarov, de Francis Dubois, le coordinateur des Nations unies, bureau de Tunis, ainsi que d’un parterre de journalistes de la presse nationale et internationale et des Russes résidant chez nous. Objet de la conférence de presse: la présentation du projet de spectacle que les deux artistes sont en train de réaliser en commun. Ce spectacle sera présenté une première fois à Tunis, peut-être dans le cadre des festivals d’été, à Carthage par exemple, avant de faire une tournée en Russie et ailleurs. Philip Kirkorov est un grand chanteur russe. Il a débuté sa carrière il y a quinze ans et il est considéré aujourd’hui comme le chanteur le plus populaire de son pays. Il donne ses galas dans des grandes salles mais aussi dans les stades. Son rayonnement parmi les jeunes lui a valu le titre d’ambassadeur de la paix des Nations unies. Né d’une mère russe et d’un père bulgare, diplômé de grandes écoles de musique russes et détenteur de nombreux prix et médailles, ce chanteur authentique et ouvert, qui se veut le porte-drapeau de la chanson classique russe et un fervent défenseur de la world-music a déjà publié deux albums où il chantait en turc, il y a sept ans, et en mexicain, il y a trois ans. Grâce à sa collaboration avec Lotfi Bouchnaq, il chantera bientôt en arabe. Notre Lotfi Bouchnaq national dont on connaît la curiosité et l’intérêt pour les musiques du monde (avec des Pakistanais, Indous...) espère réaliser un travail assez original avec un chanteur au répertoire aussi riche et au métier consommé. Les deux hommes sont si admiratifs l’un de l’autre, si complémentaires dans leurs démarches artistiques respectives et si convaincus de l’utilité de leur collaboration que l’on est en droit d’attendre d’eux un spectacle de grande qualité qui constituera un repère dans l’évolution des musiques arabe et russe. Zohra ABID ____________________ Anecdotes sans merci Fringué un peu à la Michael Jackson, de l’ajusté par-ci, de l’épaulé par-là, alliant un jean de cow-boy à un haut de tsar, richement brodé en relief avec des couleurs pastel, très tendres, un peu trop, doigts effilés et bien bagués en or et diamant. Autour de son cou, une collection de gris-gris, couvrant une poitrine velue et généreusement exhibée, Philip Kirkorov n’a cessé de sympathiser avec les présents, venus en grand nombre surtout de sa communauté, résidente chez nous depuis des décennies. Il y avait beaucoup de joie et du piquant mais aussi de retenue. Qui nous donnent à réfléchir... Z.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com