L’Irak sous haute surveillance pour les élections : Un échec annoncé





• Sadr fait entendre sa voix Le gouvernement irakien a annoncé un plan drastique de sécurité à l’approche des élections du 30 janvier. Un plan qui ne semble pas porter ses fruits, puisque les attaques de la Résistance continuent à un rythme soutenu. Le Quotidien-Agences Le gouvernement irakien a annoncé un plan drastique de sécurité pour le 30 janvier, jour des élections générales. "Notre plan est de sécuriser tous les bureaux de vote et les électeurs. Il y aura un périmètre de sécurité et nous sommes en train d'étudier la distance entre les centres de vote et la circulation automobile", a affirmé le secrétaire d'Etat pour les gouvernorats Waël Abdel Latif lors d'une conférence de presse à Bagdad. "Le plan de sécurité concerne toutes les provinces, tous les quartiers (de la capitale) et tous les centres de vote (...) Les mouvements, des véhicules seront limités entre et dans les provinces, et entre les différents quartiers de la capitale", a-t-il ajouté. Abdel Latif a annoncé que des jours fériés seraient décrétés dans tout l'Irak à l'occasion des élections, mais que leur date "sera annoncée plus tard par le Premier ministre" Iyad Allaoui. Selon le ministre, "les forces de sécurité irakiennes, la police et l'armée seront responsables de la sécurité. Elles porteront un signe distinctif durant les élections et il y aura une collaboration avec la Force multinationale (...) Elle apportera un fort soutien en cas de besoin". "La situation est très calme dans 14 provinces, et même dans les quatre autres provinces, le gouvernement s'attend à une importante participation. Il tient des discussions avec des chefs de tribus et des partis politiques, ainsi que des personnalités locales pour obtenir la plus large participation possible", a-t-il souligné. Les quatre provinces en question sont les provinces sunnites d'Al-Anbar (ouest), Ninive (nord), Salaheddine (nord) et Diyala (nord-est), où la rébellion est très présente. Pour sa part, le président de la Commission électorale, Abdel Hussein al-Hindaoui, a indiqué que "dans 16 provinces (sur 18), l'enregistrement des électeurs s'est déroulé normalement. Pour les provinces de Mossoul et d'Al-Anbar, la commission électorale a autorisé exceptionnellement ceux qui ont le droit de vote à s'enregistrer et à voter le jour même du scrutin", a-t-il dit. Sur le front de la violence, deux personnes ont été blessées par la chute de trois obus hier sur un poste de police à l'entrée de la "Zone verte", secteur ultra-protégé de Bagdad où se trouvent l'ambassade des Etats-Unis et le siège du gouvernement irakien, a-t-on indiqué de source hospitalière. "Nous avons admis deux blessés, dont un très léger", a affirmé un médecin du service d'urgence de l'hôpital Yarmouk de la capitale irakienne. Un policier sur place a indiqué que deux obus étaient tombés dans l'enceinte du commissariat de Salhiyah et un troisième près de l'hôtel Rachid qui se trouve dans la "Zone verte". Par ailleurs, un soldat américain a été tué et trois autres ont été blessés hier dans une attaque à la bombe contre leur convoi dans la ville irakienne de Mossoul, a indiqué hier l'armée américaine. Un deuxième Marine a été tué lors d’une attaque survenue dans la province occidentale irakienne d’Al Anbar. Pour leur part, des milliers de partisans de Moqtada Sadr ont manifesté samedi dans les villes chiites méridionales de Kout, Bassorah, Amara et Kerbala, en arborant des posters du jeune chef et des lampes à pétrole. Le Mouvement, qui ne participe pas aux élections, s’est mobilisé sur une question qui excède les Irakiens : la pénurie d’essence et les coupures d’électricité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com