Sur le vif/ Les dents de la rue





Mais que sont devenues nos anciennes salles de permanence, hauts lieux de studieuse révision, pleins de majesté et de solennité ? La plupart de nos lycées et collèges ne s’en prévalent plus, de nos jours, si bien que les élèves, notamment les collégiens (7ème, 8ème et 9ème années de l’enseignement de base), sont priés d’évacuer leurs établissements scolaires, quand ils ont une heure creuse. Cette pratique est aussi de mise en cas d’absence d’un enseignant. Pourtant, la salle qui abrite le cours non effectué demeure vacante. Les surveillants, dans ce dernier cas de figure, font-ils preuve de laxisme et de désinvolture au point de préférer mettre dehors les élèves plutôt que d’assumer leurs responsabilités ? Et nos enfants de sombrer dans les flâneries et la musarderie, dilapidant ainsi un incommensurable volume horaire à consacrer plutôt aux études et révisions. Sans parler des risques de délinquance qui guettent de fragiles créatures, ainsi jetées en pâture aux dents de... la rue. W.S.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com