Adultère sur fond… commercial !





A plus de quarante ans, le célibataire endurci a fini par s’enticher d’une voisine. Sa plus proche voisine, faut-il le préciser, puisqu’il s’agit de celle dont la maison était limitrophe à la sienne. Tunis — Le Quotidien Commençons l’histoire en évoquant le côté positif. En entamant les approches d’usage, le quadragénaire allait constater, ravi cela va de soi, que la voisine en question, sa cadette de cinq ans, le lui rendait manifestement bien. En tout cas elle ne paraissait nullement insensible à ses démarches. Elle était certes sceptique, du moins au début, mais il y avait dans son comportement quelques signes d’assentiment qui ne trompaient guère. Ce qui l’a encouragé à persévérer jusqu’à avoir finalement gain de cause. Le bonhomme en était bien entendu tout à fait heureux, savourant des moments indélébiles d’extase et de bonheur qui lui faisaient revivre ses années, un peu lointaines désormais, de jeunesse ! Or, le revers de la médaille n’était pas tout aussi reluisant. Et là, nous en arrivons au côté négatif de l’idylle, pour la simple raison que la dulcinée était tout bonnement... mariée ! Emportés par la fougue et l’euphorie de leur passion naissante, les deux amants se sont accommodés à leur nouvelle situation pendant un certain temps avant de se sentir «à l’étroit» avec un mari désœuvré pouvant rentrer à l’improviste à n’importe quel moment. On en convient, l’époux devenait dès lors un encombrant obstacle dont il fallait s’en débarrasser coûte que coûte. Après mûres réflexions, les deux amants se sont rendu à l’évidence et passer à l’action afin de profiter de leur relation à leur soûl. * Piégé, mais... Rassurez-vous toutefois, car il ne s’agissait nullement d’une élimination corporelle pure et simple. Les deux amants ont pensé à un moyen autrement plus efficace afin de vivre leur idylle aux moindres frais. Ils n’étaient nullement disposés à risquer leur liberté... bêtement ! Le mari s’est retrouvé ainsi, subitement, à la tête d’un joli capital pour «faire tourner le zéro». Autrement dit, il s’est lancé dans le commerce faisant la navette entre la capitale et une ville du sud du pays afin de s’approvisionner en marchandise de tous genres. Il lui est même arrivé de franchir la frontière vers un pays voisin réputé pour ses prix modérés. Le voisin «bienfaiteur» pouvait dès lors avoir les coudées franches, à la grande joie de sa partenaire qui devenait de plus en plus exigeante de son côté. Or, les gens ont commencé à jaser et à parler. Certains, à force d’insinuations à peine voilées ont réussi à mettre la puce à l’oreille de l’époux, lequel a fini par prendre la chose au sérieux. Il lui a fallu cependant un certain temps pour confondre les deux amants et faire en sorte qu’ils soient arrêtés en flagrant délit à la suite d’une minutieuse enquête menée par les auxiliaires de la justice. Passés récemment en jugement, les deux amants ont été condamnés à huit mois de prison ferme... Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com