Ameur Makni/ Les mémoires d’un pédagogue





C’est depuis un demi-siècle que le plasticien Ameur Makni peint. La splendeur de la Médina et la beauté des paysages naturels ont inspiré ce peintre. Le résultat: une exposition qui retrace un long voyage avec les couleurs. «Une palette à travers une époque» est une balade dans l’univers propre de cet artiste qui s’est donné à la peinture depuis les années cinquante Membre fondateur de l’Institut National de l’Education Artistique, Ameur Makni a créé son propre discours plastique, un discours basé, essentiellement, sur la fusion des couleurs et la diversification des techniques. Fusain, pastel, peinture... les techniques s’entremêlent et se croisent pour mettre en exergue la maîtrise totale par Ameur Makni de différentes techniques et son ouverture esthétique sur des divers styles. C’est via ces trente et une toiles qui ornent les cimaises de la galerie Yahia, au Palmarium, que cet artiste nous donne des leçons sur la pratique de ces techniques et sur le choix des couleurs et des sujets de peinture. A ce stade, Ameur Makni a réussi en tant que pédagogue. «Port de Sfax», «La porte», «El-Jem», «Madersa Slimania», «Médina», «Port de Kélibia» etc... offrent aux visiteurs de cette galerie un panorama de plusieurs lieux de mémoire qui ont fasciné ce peintre et stimulé son pinceau. Pour qui chantent ces oiseaux? Une question qui se pose et qui s’impose surtout que ce peintre a dévoilé sa passion pour les oiseaux. «Composition» et «Pigeons», deux œuvres qui soulignent l’attachement de cet artiste à ce thème qui reste, encore «inconsommable» sur le plan artistique. Si vous êtes de passage par cet espace commercial, profitez-y pour découvrir l’univers de cet artiste ! I.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com