Face-à-face/ Entre nos enfants, le cœur balance





Problème délicat qu’une préférence affichée au sein d’une famille par un père ou une mère à l’égard de l’un des enfants. Un adulte et un jeune en parlent. * Est-ce que les parents peuvent préférer l’un de leurs enfants? • Saïd Idir, (58 ans): «Il est carrément impossible pour moi de préférer l’un de mes enfants. Je suis le père d’un garçon et d’une fille. Mes deux enfants sont aujourd’hui à l’université. Pour eux, je suis un ami et non un père. J’essaie d’agir équitablement avec les deux, justement, pour que jamais l’un d’eux ne sente que j’ai favorisé l’autre. D’ailleurs, le père est instinctivement appelé à partager son amour entre tous ses enfants. Toutefois, l’on peut avoir un petit penchant pour l’un d’eux s’il est malade ou s’il passe par une période difficile… Je ne peux pas, par ailleurs, affirmer que les choses sont les mêmes chez les mères. Mais, de mon côté, il m’est impossible de favoriser l’un contre l’autre». • Wajdi Chaïeb(20 ans), élève en terminale: «Il est tout à fait impossible que les parents soient équitables ou qu’ils aiment tous leurs enfants avec la même intensité. Il me semble que c’est une question de feeling et d’affinité. Il me semble que c’est généralement le père qui préfère l’un des enfants. Mais je crois que c’est une question de tempérament. Parfois, le père s’entend avec l’un de ses enfants plus qu’avec l’autre. Cet enfant-là devient le «chouchou» le plus choyé et l’autre est «oublié» D’autre part, je trouve que les pères préfèrent l’un de leurs enfants si sa naissance a coïncidé avec la promotion du parent. Le géniteur croit donc que son fils lui porte bonheur et cela se fait aux dépens de ses frères et sœurs; et je parle en connaissance de cause». A.C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com