Mohamed Zaki Derwich/ Au cœur de l’Irak





Avec chaque note, l’artiste irakien Mohamed Zaki Derwich nous donne l’occasion de revivre l’histoire de l’Irak d’antan, de vaincre la mort. Joueur de santour, l’artiste irakien Mohamed Zaki Derwich est l’un des rares spécialistes de cet instrument musical qui remonte à 3000 avant Jésus Christ. Lauréat du Prix du meilleur joueur de santour à Bagdad dans les années 1976 et 1977, cet artiste a réussi au fil des jours à imposer son talent et à convaincre les grands maîtres de la musique traditionnelle irakienne de l’intégrer dans leurs ensembles. Percussionniste doué, «Cheïkh» Zaki ne s’est pas contenté de cette passion qui anime son cœur et qui fait vibrer, magiquement, ses doigts sur les cordes de cet instrument musical patrimonial, mais il est allé loin dans cet amour, en s’inscrivant à l’Institut des Etudes Musicales de Bagdad. Après des études réussies, «Cheïkh» Zaki Derwich s’est envolé en Hongrie pour poursuivre ses études. Armé d’un magistère et surtout d’une volonté de fer, cet artiste irakien a réussi à contribuer à la sauvegarde du patrimoine musical irakien et à le transmettre à plusieurs générations d’artistes du monde Arabe. Pour découvrir cet artiste qui a puisé dans le patrimoine musical irakien, rendez-vous ce vendredi à 18h00, au Centre Culturel de Bir Lahjar qui organise ce concert dans le cadre de la célébration de la 13ème édition du mois du patrimoine. Imen abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com