Nja Mahdaoui/ Interrogations et certitudes





Une nouvelle galerie a ouvert ses portes à Sidi Bou Saïd joliment appelée «Le Violon Bleu». Elle offre ses cimaises à un maître de l’art contemporain tunisien, Nja Mahdaoui. Fidèle à sa démarche «lettriste» ou «néo-calligraphique» inaugurée en 1973, et qui se caractérise par une des compositions à base de signes et de graphismes empruntés à la tradition calligraphique arabe classique, Nja Mahdaoui poursuit son infatigable quête d’une esthétique arabe moderne en expérimentant, à chaque fois, de nouveaux matériaux et en s’aventurant sans cesse dans des directions inédites. Sa curiosité et sa soif d’innovation n’ont pas de limites, comme son besoin de tâter à de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques graphiques. Sa nouvelle exposition, qui se tient à la galerie «Le Violon bleu» à Sidi Bou Saïd du 15 avril au 15 mai ne déroge pas à cette règle. Il y présente une trentaine d’œuvres, de tous formats et tous supports (tapis, toiles de lin, peaux...) : fruit de ses incessantes recherches sur la meilleure manière de donner vie au patrimoine, de le faire parler un langage contemporain, de le rapprocher de l’esprit du monde. «Nous devons être capables d’atteindre l’universel sans cesser d’être nous-mêmes et rester authentiques sans nous enfermer dans le carcan du patrimoine», dit le peinte. Qui n’est pas peu fier du fait que, certaines de ses œuvres appartiennent désormais à des collections internationales, et sont exposées dans des musées d’art moderne aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en France, ou, archivées dans des ouvrages d’art et des bibliothèques à travers le monde. Nja Mahdaoui reste cependant très attaché à son pays où il aime exposer à intervalle régulier afin de partager avec ses concitoyens les primeurs de ses recherches en cours, ses trouvailles et ses inventions. Mais aussi ses interrogations d’homme et ses certitudes d’artiste. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com