Les Artistes Plasticiens en conclave/ La cuisine interne dépassée?





Convivialité et sympathie n’ont pas manqué à cette journée que l’Union des artistes plasticiens tunisiens a organisée à Hammamet pour débattre de plusieurs sujets d’actualité. Une douce brise marine qui fleure l’odeur des roses, du jasmin et des fleurs des champs ornant le jardin du Centre culturel international de Hammamet a bercé ces artistes de diverses orientations esthétiques. C’était sous les couleurs vivaces de l’Union… , cette Union au sein de laquelle ses cinq cents membres adhérents ont choisi de mettre la main dans la main pour résoudre un certain nombre de problèmes que cette journée a eu lieu, en présence de tous les membres du nouveau bureau et de plus de 120 artistes. Loin de l’approche folklorique de la situation des artistes et des arts plastiques en général, cette rencontre a mis le doigt sur la plaie en relevant, dans le cadre de la transparence et du dialogue, les problèmes dont souffre le secteur et les solutions qui peuvent contribuer à redonner aux artistes un nouveau souffle. Parmi les grands problèmes qui ont été au centre de ce débat, les artistes ont tenu à souligner l’indifférence de la Commission d’achat à l’égard d’une grande frange de nos créateurs. Les artistes participants dans ce débat ont fait part de «leur déception vis-à-vis de cette Commission qui n’a cessé de faire une ségrégation entre les artistes de la Banlieue-Nord et les autres artistes». La participation des artistes dans les Semaines culturelles de la Tunisie à l’étranger, la relation entre l’Union des artistes plasticiens tunisiens avec le ministère de tutelle, a savoir le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Loisirs… ont été au menu de ce débat qui est sorti des sentiers battus et a coupé court avec les clichés. Artistes on-line Après une première présentation du site web de l’Union des artistes plasticiens tunisiens lors d’une soirée ramadanesque, organisée à la Maison de la Culture maghrébine «Ibn Khaldoun», les artistes ont redécouvert ce site suite à des modifications qui ont eu lieu après l’exposition annuelle organisée du 28 février au 15 mars. «Tous les artistes qui ont envoyé leurs dossiers sont présents,. Le visiteur de notre site web n’a qu’à cliquer le nom de l’artiste pour que son CV, son portrait et quelques œuvres défilent devant lui. Une visite virtuelle de la précédente exposition de l’UAPT est possible» ont précisé M. Sami Ben Ameur, le Président de l’Union et M. Ammar Dhaya, artiste-photographe. «Ce n’est que le début… nous voulons lancer une exposition universelle d’art, organiser des expositions virtuelles pour nos artistes… Le Site Web va ouvrir de nouveaux horizons pour nos artistes. Il sera un cadre efficace pour l’échange entre les différents artistes des quatre coins du monde et il facilite la communication entre la direction de l'Union et les artistes» a ajouté M. Dhaya. Dans cette ambiance chaleureuse, les artistes ont vu leurs photos exposées sur le grand écran. Des commentaires malicieux relatifs à ces photos-portraits des artistes ont fusé, injectant une note de gaîté… Le bureau de l’Union a reçu plusieurs propositions permettant de développer le site Web et de la rendre rentable et plus efficace… Pour les artistes, les idées ne manquent pas, sauf qu’il faut trouver de l’argent, surtout que la subvention du ministère ne couvre pas les différentes dépenses de l’Union. Des projets… et des rêves Le président de l’UAPT a tenu à présenter les projets en cours: le Salon des artistes amateurs qui démarrera le 15 du mois en cours, le projet de l’embellissement de la ville de Tunis qui vient consolider le projet de l’embellissement des Berges du Lac et la célébration de la Journée Nationale de l’Environnement par l’organisation d’ateliers en plein air dans les parcs… Ces projets sont prioritaires pour l’UAPT qui a profité de cette rencontre pour vendre le catalogue de l’exposition annuelle afin de consolider le budget. Les artistes ont profité de cette visite pour découvrir la somptueuse demeure de ce milliardaire roumain, Georges Sébastien, qui a choisi Hammamet. Au Centre culturel international, tout respire le bonheur, la tranquillité et la joie de vivre… Il suffit de contempler le flux et le reflux des vagues et d’écouter le gazouillis des oiseaux pour comprendre le secret de l’attachement de Paul Klee, André Gide, Jean Claude Pascal et d’autres créateurs à Hammamet. Imen abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com