Marie Charlotte Saïdane/ Rose et morose





Les travaux de l’artiste polyvalente franco-tunisienne, Marie Charlotte Saïdane, rendront compte à partir du vendredi 14 mai à la galerie Kalysté, à la Soukra, de la diversité et de la richesse d’un art au complet. Marie Charlotte Saïdane touche à tous les matériaux et elle gagne en intensité artistique. Du plus timide au plus éclatant et du plus fluide au plus robuste en passant par le visqueux. Son bonheur réside dans le terreau qu’elle choisit pour capter tous les moments, les bons et les mauvais, leur donnant des airs ou des hères. Du rose au morose. L’essentiel chez elle qu’ils font vibrer les moments de la vie et leur donner le sens de l’étonnement. Entre la France et la Tunisie, et entre balade et ballade, les sensations de l’artiste prennent des ailes. Et, au moindre tournant, de n’importe quel tournant, elle fait arrêt sur image et donne libre cours à son imaginaire. Elle esquisse, dessine, peint, pétrit, tisse, décore et sculpte. Bref, elle coiffe harmonieusement ses matériaux d’une aura et d’une personnalité bien propre à elle. Son univers est peuplé de paysages, de petites gens et de petites brochures de leurs histoires. Ce sont des atmosphères qu’elle a appris à affectionner et conserver avec bonheur pour leur donner forme dans des œuvres d’art. Ses œuvres traduisent les mouvements contrôlés ou non contrôlés. Elles sont simples ou très ornées, mais enduites de couleurs et de poésie. Effet des errances heureuses d’une mine d’un crayon d’un poil de pinceau ou des errements qui chagrinent, qui étonnent, à nous pimenter le plus fade, le plus plat d’une matière inerte. «Balade» est une exposition peu ordinaire qui mérite d’être vue. C’est ébouriffant. Z.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com