judo/ Championnats d’Afrique: Déception au masculin





Par le passé, nous n’avions eu cesse de louer les performances de notre judo et qui n’auraient pu se réaliser sans un travail et une gestion en conséquence, d’autant plus que la Fédération Tunisienne de Judo est l’une des rares instances, sinon la seule, à être encadrée par d’anciens athlètes et donc professionnels en la matière. Les titres mondiaux, entre autres, glanés par nos judokas, sont donc venus nous rassurer sur l’avenir de la discipline, et avec pareil encadrement, on ne pouvait désormais espérer moins. Mais, d’abord, les derniers mondiaux assez médiocrement négociés par nos athlètes, sont venus nous sortir du rêve, puis les récents championnats d’Afrique disputés dans notre contrée du 6 au 9 mai sont carrément venus nous remettre les pieds sur terre. Heureusement que ces dames, Saïda Dhahri, Houda Ben Daya et Insaf Yahiaoui, sont venues sauver un honneur qui a failli être maculé par une prestation calamiteuse de leurs homologues masculins. Pourtant, la présence des Anis Lounifi, Makram Ayed, Anis Chedly et autres Skander Hachicha, laissait croire à une razzia locale. Il n’en fut rien et les meilleurs d’entre eux n’ont pu monter plus haut que la troisième marche du podium. Le passage à vide de Tokyo s’est révélé une véritable et réelle baisse de niveau de nos «judokas-men». Et le président de la FTJ aura beau invoquer «la fin d’un cycle», n’empêche que le constat est là et il est amer. La relève est peut-être assurée comme n’a pas manqué de le souligner M. Mhirsi, mais quand on a vécu de sport et qu’on est amené à le gérer, les cycles doivent être déterminés à l’avance et la relève, plutôt que d’être assurée, aurait déjà dû être là. Ceci n’empêchera pas néanmoins notre judo d’avoir la possibilité d’aligner huit athlètes à Athènes, même si l’instance dirigeante a choisi d’emmener les plus compétitifs parmi eux. Ils ne seront donc que quatre à représenter nos couleurs dans la capitale hellène cet été, à savoir les trois récentes championnes d’Afrique en titre: Saïda Dhahri, Houda Ben Daya et Insaf Yahiaoui ainsi que l’ex-champion du monde, Anis Lounifi. C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com