Le Fait/ Deux poids, deux mesures





Jamais auparavant l’arbitrage tunisien n’a atteint un seuil aussi bas. Jamais aussi on n’a enregistré un aussi grand nombre de rouspéteurs et non des moindres, car à présent ce sont deux présidents des plus grands clubs de Tunisie en l’occurrence l’Espérantiste Slim Chiboub et l’Etoilé Othmen Jenayah qui désignent l’arbitrage comme coupable -et ça se passe de tout commentaire. La CFA s’est trouvé dans l’obligation de sévir question de se mettre au diapason de l’événement. Or les sanctions communiquées à la presse officiellement «après avoir été soufflées la veille aux «intimes» pour avoir l’exclusivité bien sûr» ne peuvent que nous inciter à poser un tas de questions. Car tous ceux qui connaissent le monde de l’arbitrage ne peuvent que constater à la lecture des sanctions qu’il y a deux poids et deux mesures, certains arbitres et arbitres assistants ont bénéficié de sanctions clémentes eu égard à leurs bourdes car ils bénéficient en fait d’une certaine immunité de la part de membre trop influent et là l’exemple de Saâdallah et Bouglia est édifiant car tous deux ne bénéficient d’aucune immunité, résultat ils écopent des sanctions les plus lourdes. De telles mesures ne peuvent que ternir davantage l’image de notre arbitrage déjà terni et c’est bien dommage que l’on s’entête presque toujours et sans raison à protéger les plus proches, ce qui a fini par créer un climat malsain au sein des arbitres… M.A.F.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com