Jazz/ Night in Tunisia





Dans le cadre du programme mensuel «Les rendez-vous d’Ennejma Ezzahra», le Centre des Musiques arabes et Méditerranéennes, en collaboration avec l’Institut Français de Coopération, a organisé avant hier un concert de jazz au cours duquel le pianiste français Jean-Michel Plic a offert un spectacle de jazz digne d’un «concert new yorkais». Les amateurs de jazz s’attendaient à un concert de jazz dans la pure tradition de ce genre musical, à l’occasion de la clôture du troisième cycle des rendez-vous d’Ennejma Ezzahra, mais Jean-Michel Plic a présenté un style très particulier du jazz. En effet, le jazzman français qui en était à son premier concert en Tunisie, a séduit particulièrement le public venu, d’ailleurs, très nombreux. «C’est pour la première fois que j’écoute des morceaux de jazz composés uniquement à base de piano», commente Mme Fourat, une amatrice du jazz après le concert. Jean-Michel Plic a commencé par interpréter certaines chansons de son dernier album, comme «Les amants d’un jour», mais aussi le célèbre morceau de Dizzy Gillespie intitulé «Night in Tunisia». Cette dernière composition n’a pas laissé indifférente l’assistance qui l’a d’ailleurs accompagnée par des tonnerre d’applaudissements. Mais ce n’est pas seulement «Night in Tunisia» qui a séduit le public, Jean-Michel Plic a, également, interprété le plus célèbre morceau du duo Charle Trenet et John Hess intitulé «Vous qui passez sans me voir», avant de clôturer le concert par la chanson de George Brassens «Les copains d’abord», une autre façon pour le pianiste de plaider la cause de l’autre et du droit à la différence. Et le jazzman français de déclarer à la fin du concert que la musique c’est d’abord de l’émotion. «Chacun a sa propre expérience. Et l’artiste est une personne qui doit écouter tout et être sensible à toute forme d’émotion musicale», recommande-t-il. C’est essentiellement à cette sensibilité que Jean-Michel Plic a tenté de s’adresser durant cette soirée de jazz. Un concert très particulier et des compositions très rares aux sons rappelant tantôt le gazouillis des oiseaux, tantôt le nay. En tout cas, le public n’a pas été déçu par cette dernière soirée des rendez-vous d’Ennejma Ezzahra. Ousmane wagué


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com