Destruction de centaines de maisons à Gaza/ Enième Nakba





L’armée israélienne, qui a perdu 13 soldats cette semaine dans la Bande de Gaza, va détruire des centaines de maisons dans le Sud de ce Territoire. Le projet a été dénoncé comme un crime de guerre et une catastrophe par les Palestiniens. Le Quotidien-Agences Un responsable à la présidence du Conseil israélien à Al-Qods a affirmé que l'armée allait "élargir" le secteur contrôlé le long de la frontière égyptienne et que des "maisons de Palestiniens vont être détruites". Selon la radio publique israélienne, l'armée a reçu le feu vert du Premier ministre, Ariel Sharon pour détruire des centaines de maisons à Rafah et son camp de réfugiés densément peuplé, afin "d'élargir" le corridor surnommé "Philadelphie" le long de la frontière avec l'Egypte. L'Autorité palestinienne de Yasser Arafat a vivement dénoncé ce projet. "C'est un crime de guerre", a affirmé le principal conseiller de Arafat, Nabil Abou Roudeina. Selon lui, le projet israélien "confirme que le retrait évoqué de Gaza n'est qu'un mensonge". Il se référait au plan de retrait de la Bande de Gaza de Sharon, rejeté début mai par son parti, le Likoud. Ce plan prévoit toutefois le maintien du corridor "Philadelphie" sous contrôle israélien. "Détruire ces maisons sera une catastrophe majeure pour notre peuple. C'est extrêmement grave", a pour sa part affirmé le ministre palestinien chargé des négociations Saëb Erakat. Selon l'Agence des Nations unies pour l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa), plus de 11.000 Palestiniens ont perdu leur domicile à Rafah depuis le début de l'Intifada en septembre 2000. Un responsable de l'Unrwa à Gaza, Paul McCann, a dénoncé hier comme une "catastrophe humaine" la politique israélienne de destruction de maisons à Rafah. "Il est impossible de croire que chacune de ses maisons abrite des activistes ou cache l'entrée d'un tunnel" de contrebande d'armes, a-t-il dit. Il a souligné que les maisons déjà vides qui vont être détruites avaient été abandonnées par leurs occupants de crainte d'être blessés ou tués par des tirs israéliens. "Quand la maison à ta droite a été dynamitée et celle de gauche aussi, tu sais que tu es le prochain visé, donc les familles n'attendent pas la dernière minute pour chercher un autre logement", a-t-il dit. Entre-temps, la violence meurtrière se poursuit dans la Bande de Gaza, où pas moins de 28 Palestiniens avaient été tués par l'armée entre mardi et jeudi. Un activiste palestinien a ainsi été tué dans la nuit par l'armée en tentant d’effectuer une opération contre la colonie juive de Rafah Yam (sud), selon des sources médicales palestinienne et militaire israélienne. Côté israélien, deux soldats ont été tués et deux autres blessés hier dans une attaque contre leur véhicule à Rafah. Ceci porte à 13 le nombre de soldats israéliens depuis le début de la semaine. ______________ * L’U.E. condamne Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Brian Cowen, dont le pays préside actuellement l’Union européenne, a demandé, hier, à Israël de cesser «immédiatement» les destructions de maisons à Rafah dans la Bande de Gaza, selon un communiqué de la présidence irlandaise de l’U.E.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com