Electricité et gaz/ Les tarifs révisés à la hausse





Après l’augmentation des prix des carburants suite à celle des prix du pétrole à l’échelle internationale, il semblerait que le tour est aujourd’hui aux tarifs de l’électricité et du gaz qui devraient enregistrer une légère augmentation prochainement. Tunis - Le Quotidien Cela fait, aujourd’hui, plus de cinq mois que les prix du pétrole ont maintenu un rythme croissant, sur le marché international, pour arriver, ces derniers jours, à près de 40 dollars le baril. Ce taux de croissance historique des prix est, en effet, le résultat de plusieurs faits, en l’occurrence, la réduction de la production de l’OPEP de 1,5 million de barils/jour depuis le début du mois d’avril dernier, et l’évolution des événements en Irak. En Tunisie, cette situation, d’autant plus pesante pour le budget de l’Etat qui supporte déjà une partie de la facture énergétique du pays, a eu comme conséquence l’augmentation de certains produits énergétiques, à commencer par les carburants. Ces derniers ont connu, en effet, depuis quelques jours une augmentation des prix qui varie entre 60 et 80 millimes par litre. Après les carburants, le tour semble être à l’électricité et au gaz qui devraient enregistrer une légère augmentation ne dépassant pas quelques millimes par Kwh pour l’électricité et par kilotep pour le gaz, apprend-on. Cette augmentation des tarifs de l’électricité est due au poids du combustibles dans le coût du Kwh, puisque la composante combustible constitue près de 50% de ce coût. Cela dit, le prix du Kwh varie donc en fonction de l’évolution du prix du combustible. Pour ce qui est du gaz et même si la production du gaz naturel n’a pas connu une baisse sur le plan national ou international, les prix varient en fonction de l’évolution des prix du pétrole, ce qui explique cette augmentation. Il y a lieu de souligner que chaque augmentation d’un dollar du prix du baril de pétrole pèse près de 15 millions de dinars sur les finances de la Société Tunisienne d’Electricité et du Gaz. Notons, également, que la production nationale du pétrole est de l’ordre de 3,8 millions de tonnes dont 1,7 million de tonnes sont raffinés et le reste est exporté en brut, alors que les importations sont de l’ordre de 2 millions de tonnes de pétrole raffiné avec des prix assez élevés. M.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com