Ordre des avocats/ Les candidats au bâtonnat font du porte-à-porte !





Le compte à rebours pour les élections du bâtonnat et des membres du Conseil de l’Ordre des avocats a commencé. La désignation de l’Assemblée générale élective pour le 20 juin prochain semble avoir constitué le coup d’envoi des campagnes électorales. Tunis - Le Quotidien Deux figures connues du barreau viennent, en effet, de déposer officiellement leurs candidatures. Il s’agit de Mes. Abdessattar Ben Moussa et Béchir Essid, lesquels se sont lancés de plain pied dans les campagnes. Me. Ben Moussa s’est d’ores et déjà constitué un «réseau» de partisans à travers la République ayant à sa tête une commission de soutien composée d’avocats de renom connus sous le sobriquet de «Liste professionnelle syndicale». Le président sortant de la section de Tunis a également opté pour la tactique du «porte-à-porte» en effectuant des tournées qui l’emmèneront notamment à Béja, Kairouan, Mahdia, Sfax, Sousse et Nabeul outre son «fief traditionnel», en l’occurrence la capitale, pour présenter son programme électoral s’articulant autour de la «démocratisation de la prise de décision» au sein de l’Ordre et du principe de «l’alternance» découlant de la limitation du nombre des mandats du bâtonnier à un seul. Le bâtonnier sortant est resté fidèle à sa tactique qui repose aussi sur le contact direct avec les gens de la profession. Me. Essid a commencé, selon des sources dignes de foi, une tournée-marathon dans les régions afin de reconquérir les cœurs de ses partisans peu convaincus par «le bilan mitigé de son mandat». Quant aux «revenant» Me Abdeljelil Bouraoui, il tente de nouer des alliances solides avec les principaux courants du barreau en comptant sur son «capital crédibilité». L’ancien bâtonnier a choisi les gouvernorats du Sahel pour y donner le coup d’envoi de sa campagne électorale. D’autres candidats à l’instar de Me. Ridha Lajhouri, Mohamed M’kacher, Elyès Gargouri et Brahim Bouderbala seraient à leur tour en train de peaufiner leurs programmes électoraux et de «courtiser» la base. Certains candidats attendent toutefois le moment opportun pour lancer leurs campagnes et bénéficier, pourquoi pas, des fautes de leurs concurrents. Bien que les candidatures s’élèvent à dix, certains observateurs, rompus aux manœuvres électorales du monde du barreau, estiment que la partie se jouerait entre Mes. Abdessattar Ben Moussa, Béchir Essid et Abdeljelil Bouraoui. W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com