Le chef de l’Exécutif irakien tué/ Message reçu !





Dans un message clair envoyé aussi bien aux Américains qu’ à l'Exécutif irakien, le président en exercice du Conseil intérimaire, Ezzedine Salim, a été tué, hier matin, dans une opération à la voiture piégée à Bagdad. Les affrontements sanglants opposant les forces de la coalition à des militants chiites ont fait au moins 70 tués dans le centre et le sud du pays depuis la nuit d’avant-hier. Le Quotidien-Agences Abdel Zahra Osmane Mohammad, dit Ezzedine Salim, qui assurait la présidence tournante du Conseil de gouvernement provisoire irakien pour le mois de mai, a été tué à l'entrée de la Zone verte à Bagdad, où se trouve le QG de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Un sunnite de Mossoul, Ghazi Mashat a été nommé à la tête du CIG. Selon un dernier bilan de la coalition, l'opération a fait dix tués irakiens. La mort du responsable irakien survient à 43 jours du transfert de pouvoirs prévu le 30 juin à un gouvernement intérimaire irakien. Chef de la branche dissidente d'Al Dawa Al Islamiya, Abdel Zahra Osmane Mohammad, un chiite, est le deuxième dirigeant de l'Exécutif irakien a avoir été tué dans une attaque. En septembre 2003, Mme Akila Hachemi, une diplomate de formation, avait trouvé le même sort. Elle avait été blessée par balles alors qu'elle sortait de chez elle à Bagdad et était morte de ses blessures cinq jours plus tard. Un groupe jusque-là inconnu a revendiqué l’opération qui a tué le président du Conseil de gouvernement irakien. Dans un communiqué diffusé sur Internet, le groupe qui se présente comme le "Mouvement de la résistance arabe", affirme que deux de ses membres ont effectué l'opération qui a conduit à la mort "du traitre et mercenaire Ezzedine Salim". L'attentat de Bagdad intervient alors que le sud et le centre de l'Irak se sont enflammés avec l'intensification des affrontements entre les militants du jeune leader chiite Moqtada Sadr et les forces de la coalition. A Nassiriyah, ville chiite du sud de l'Irak, les affrontements entre carabiniers italiens et ces miliciens de l'Armée du Mehdi ont fait dans la nuit de dimanche à lundi neuf tués, des civils et miliciens, et 14 blessés. A Rome, le ministère italien de la Défense a annoncé hier qu'un des six militaires italiens blessés dans les combats de Nassiriyah est décédé dans la nuit. Hier encore, les forces de la coalition ont tué vingt militants chiites dans des attaques ciblées. C'est dans cette ville que dix-sept militaires et deux civils italiens avaient été tués en novembre dernier lors d'une opération contre le quartier général des carabiniers à Nassiriyah, qui avait également coûté la vie à neuf Irakiens. A Kerbala, ville sainte chiite à 110 km au sud de Bagdad, au moins trente militants ont été tués et 32 autres blessés dans des échanges de tirs durant la nuit d’avant-hier à hier entre soldats de la coalition et partisans de Moqtada Sadr, selon une source médicale de la ville du centre de l'Irak. Une colonne de chars de la coalition avait fait vant-hier une incursion dans le cœur de la ville, dans un secteur où se trouvent les militants, s'arrêtant brièvement devant les mausolées de l'imam Hussein et de l'imam Abbas. Au sud de Bagdad, un soldat américain a été mortellement blessé avant-hier et deux autres blessés dans un échange de tirs, selon un communiqué militaire américain. A noter que la résidence du grand ayatollah Ali Sistani, le plus prestigieux des dignitaires chiites en Irak, a été la cible hier de tirs dans la ville sainte de Najaf. ______________ * Explosion d’un obus contenant du sarin Un obus d’artillerie contenant du sarin a explosé après sa découverte par des soldats de la coalition en Irak, entraînant «une très faible dispersion de cet agent toxique mortel», a annoncé hier un porte-parole de l’armée américaine. Le général de brigade Mark Kimmitt, responsable des opérations militaires de la coalition dirigée par les Etats-Unis, a déclaré que cet obus de 155 mm avait été posé comme une bombe sur une route et qu’il avait été découvert par un convoi militaire américain. _______________ * Condamnation unanime Washington : «La mort du président en exercice du Conseil de gouvernement provisoire irakien, Ezzedine Salim, est une perte tragique. Ce décès est choquant. Mais les terroristes seront vaincus». Condoleezza Rice : «L’assassinat d’Ezzedine Salim est malheureux et triste. Le moment est clairement venu d’un transfert de souveraineté aux Irakiens». Paul Bremer : «Il s'était battu pour la chute de l'ancien régime et la naissance d'un Irak démocratique. Il est revenu en Irak après sa libération et a continué de servir son pays, apportant une immense contribution au travail du Conseil de gouvernement. Le peuple irakien veillera à ce que sa vision d'un Irak démocratique, libre et prospère devienne réalité." Jacques Chirac : "Je suis consterné par ces vagues de drames en Irak et toujours aussi convaincu qu'il n'y a pas de solution militaire et qu'il faut une solution politique. Je souhaite qu'elle soit trouvée par un transfert de la souveraineté et des pouvoirs à un gouvernement authentiquement irakien aussi rapidement que possible." Tony Blair : «Je souhaite continuer à aider les irakiens". Jack Straw : "Je tiens à exprimer mon choc et mon indignation" après cet attentat. "Le meurtre de Salim a été perpétré par des terroristes... qui tentent de détruire une transition pacifique vers un Irak démocratique et représentatif". John Howard : (Premier ministre australien) : «Je suis profondément horrifié" par le meurtre d'Ezzedine Salim. "Ce n'est pas le meurtre d'un Américain ou d'un Anglais, c'est celui de l'un des leurs et ce que ces gens tentent de faire, c'est d'empêcher l'Irak d'avoir un avenir démocratique". Amr Moussa : «Nous exprimons notre regret et notre vive condamnation de cet acte. Le sang irakien ne doit pas être répandu de cette façon, quelles que soient les positions politiques de tel ou tel responsable». Ahmed Maher : "Il s'agit d'un développement déplorable et nous dénonçons la pratique des assassinats. La solution est, comme l'a toujours dit l'Egypte, ce qui doit se produire fin juin, à savoir que le peuple irakien dirige ses propres affaires et recouvre entièrement sa souveraineté".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com