Avant le mariage/ Coup de tête ou coup de foudre ?





Certains ne peuvent passer ou se faire passer la bague au doigt avant de garantir le «Smig» chez le partenaire. D’autres attendent que l’autre soit à 100% conforme à son idéal. Cet idéal diffère selon les aspirations personnelles. Avant le mariage, que veulent-ils trouver chez leur partenaire ? Elle est passée, devant lui, il en a été épris... Il a croisé son regard, elle en a été fascinée et séduite. Cette scène où «Cupidon» n’a aucun mal à lancer sa flèche est très fréquente. Le cœur bat fort et tout le corps frisonne... Et c’est le coup de foudre. Walid Nafti, 18 ans, bac-math, trouve qu’avant de «sélectionner» une partenaire, il faut qu’elle réponde à ses attentes. Walid pense que le coup de foudre ne peut avoir lieu si la fille ne répond pas à son goût. «Je n’ai pas un idéal de physique féminin mais je veux que la fille soit mignone, attirante et que ses traits soient proportionnels. Une fois le physique garanti, le coup de foudre se justifie, mais avant de s’installer dans mon cœur, il faut qu’elle ait aussi un bon caractère, qu’elle ne soit pas compliquée, qu’elle ne soit pas trop jalouse et qu’elle ait des relations très réduites avec le sexe opposé...» confie-t-il. Une fois tout cela assuré, Walid pense au mariage. Pour lui, il est impossible d’épouser une fille envers laquelle il ne sent pas de très forts sentiments. «Mis à part le physique et le caractère, je voudrais qu’elle soit studieuse et intelligente. Une fois ces caractéristiques acquises, c’est sûr, elle sera la femme de ma vie et je n’hésiterai pas un instant à lui demander en mariage», conclut-il. Pour d’autres, les attentes diffèrent. Mahdi Ghazali, 18 ans, en terminale s’est tracé déjà une image approximative de sa future épouse: «Il faut qu’elle ait un teint clair, qu’elle soit douce, fine et mignone. Il faut aussi, qu’elle soit d’un niveau social et familial proche du mien. Quant au caractère, je voudrais qu’on s’entende. Je n’aime pas les filles «frimeuses» et «frivoles», dit-il. D’autre part, Mahdi testera sa future conjointe avant de lui jurer amour et fidélité. «Une fois assuré qu’elle mérite de porter mon nom, j’en parlerai à mes parents pour passer aux choses sérieuses», conclut-il. Contrairement à Mahdi et à Walid, Majdi, étudiant de 22 ans ne croit pas trop à l’attirance physique. Pour lui, c’est l’origine et l’éducation qui priment: «Je choisirai ma future épouse en fonction de son caractère. Il faut avant tout qu’elle soit croyante et qu’elle ait un bon cœur. Il faudrait qu’elle soit issue d’une bonne famille», confie-t-il. Certes, Majdi ne donne pas trop d’importance au physique, mais il espère avoir un «Smig». «J’aimerais qu’elle soit acceptable, mais surtout fine. D’autre part, il faut que nous nous aimions pour penser au mariage». Pour Ramzi, 19 ans, élève en terminale, il y a d’autres qualités auxquelles il tient: «Je n’aime pas les «soit belle et tais-toi!». Ma future épouse doit-être sage, intelligente et studieuse. Il faut qu’elle soit bien éduquée. Quant au physique, je préfère les filles qui sont claires de peau et qui sont potelées», dit-il. Chez la gent féminine, il y a quelques différences. Pour Arwa Maâlej, 19 ans, il faut qu’il ressemble à son idéal masculin.. «Je voudrais que mon futur époux soit beau. Tant mieux, si je tombe sur le clone d’Ahmed Chérif. Je voudrais aussi qu’il ait un esprit large, un caractère docile. Qu’il soit tolérant... Un autre détail m’importe beaucoup: mon mari doit absolument avoir un bon niveau intellectuel et social pour que je sois fière de lui», dit-elle. Yosra Abid, 19 ans, bac-sciences voudrait que son futur époux soit typiquement oriental. «Il est difficile de tomber aujourd’hui sur un vrai homme au sens large du terme. Je voudrais que mon futur époux soit un homme, un vrai. Je voudrais qu’il soit croyant, affectueux. Un homme à principes, cultivé et qui possède un sens artistique. Physiquement, je n'ai pas de préférence, mais j’aimerais qu’il soit brun et acceptable», confie-t-elle. Personne, parmi ceux que nous avions interrogés, n’a parlé de compte en banque ni de voiture... Filles et garçons semblent encore rêver d’amour, de beauté et d’entente et dire que l’on accuse les jeunes d’être ultra-matérialistes! Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com