Abdelmalek Charrad: «A l’E.S.T. pour les titres et la sérénité »





Attiré par l’envergure et les ambitions de l’Espérance, l’Algérien Charrad, sociétaire de l’OGC Nice, a vite fait de débarquer au Parc B, à la recherche de la sérénité et… de titres qui «donneront de l’éclat à son palmarès». Charrad, qui signe lundi son contrat, a bien voulu s’adonner à notre jeu de questions-réponses. Qu’est-ce qui a favorisé votre arrivée à l’Espérance? — Je dois avouer que j’ai choisi l’Espérance de Tunis en raison de la bonne réputation dont elle jouit dans le monde arabe et africain. Cette réputation a même dépassé l’Afrique pour toucher le continent européen. Et puis, il y a un vrai challenge sportif, dans la mesure où l’équipe vise la Ligue africaine des Champions, et prendre part à cette conquête me motive énormément. Enfin, le discours que m’a tenu le président du club était très convaincant. Je n’ai donc pas hésité à venir à Tunis pour entamer une expérience avec le club tunisien le plus titré. Votre compatriote Karim Ghazi a-t-il aussi joué un rôle prépondérant dans votre choix? — Il est vrai que Karim m’a dit beaucoup de bien de l’Espérance. Il a loué l’infrastructure et le professionnalisme des Sang et or. Et quand j’ai débarqué au Parc B, j’ai été réellement impressionné. On sait aussi que certains problèmes personnels vous ont poussé à quitter Nice? — Oui. Car sans ses problèmes je n’aurais jamais quitté Nice où j’œuvre depuis sept années. Et si je suis actuellement à l’Espérance c’est aussi pour retrouver une certaine sérénité qui me permettra de me concentrer sur le football. En somme, c’est peut-être une question de «Mektoub». Votre contrat avec l’Espérance a-t-il déjà été signé? — Je signerai lundi un contrat d’une année sous forme de prêt et j’espère que mon arrivée à l’Espérance sera accompagnée de succès. Quelle idée avez-vous sur le foot tunisien? — J’ai pris part à la CAN 2004 avec l’Algérie et j’ai pu voir de près la qualité du foot tunisien. L’équipe nationale a émerveillé tous les présents. Quant au championnat national, je sais qu’il compte quelques clubs d’envergure comme le Club Africain, l’Etoile ou le C.S Sfaxien. des équipe qui ont les moyens de concurrencer l’Espérance. D’ailleurs, quand je vois que celle-ci domine le foot tunisien depuis des années, je mesure à quel point elle est performante. En football, quel que soit le talent des joueurs, il n’est pas toujours évident de s’imposer avec cette régularité, et à ce sujet, l’exemple du Real Madrid est édifiant. Il compte les meilleurs joueurs du monde mais a tout perdu cette saison. Je crois donc que l’Espérance possède l’humilité nécessaire pour se remettre toujours en question et aborder tous ses matches avec la même détermination et le même sérieux. Que comptez-vous apporter à l’Espérance? — Comme je suis avant-centre, il est logique que responsables, staff technique et public attendent de moi beaucoup de buts. Cela dit, l’objectif du club devrait être collectif. Il vaut mieux que l’équipe remporte tous les titres visés avec quelques buts de Charrad qu’un maigre titre de meilleur buteur. Que pourrait ajouter pour vous cette expérience avec le club sang et or? — Etant encore jeune puisque je n’ai que vingt trois ans, il est évident que je cherche à travers cette expérience à remporter le maximum de titres pour donner de l’éclat à mon palmarès. L’Espérance est en passe de rafler le septième championnat consécutif, et j’espère remporter, haut la main, avec elle, un huitième trophée de série la saison prochaine. propos recueillis par Jamel Belhassen


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com