Lotfi Kéfi (Vice-Pdt démissionnaire de l’O.B.) : «J’ai agi pour l’intérêt du club»





Vice-président et président de la section football au sein de l’OB, Lotfi Kéfi a présenté dernièrement sa démission. Un acte qui a secoué l’opinion publique à Béja surtout que l’intéressé occupe une place de choix aussi bien chez les joueurs que chez les supporters. • Que peut-on savoir de plus à propos de votre démission? C’est une succession d’événements et ce, depuis le début de la saison. C’est-à-dire depuis la période des recrutements; à l’époque j’avais émis des réserves à propos de ces recrutements infructueux et voici le résultat : aucun joueur recruté n’a été d’un quelconque apport pour le club. Ensuite il y a eu le problème de l’entraîneur Mouassa, qui n’a été d’aucune utilité et a démontré beaucoup de limites. D’ailleurs, on peut constater aisément les limites physiques et tactico-techniques de l’OB. Mais malheureusement on n’a jamais attaqué le problème de l’entraîneur et là je parle à titre personnel et en tant que premier responsable du football à l’OB. Le résultat est que l’équipe se trouve en mauvaise posture. • Mais ne pensez-vous pas que votre démission est venue au mauvais moment, étant donné que l’équipe a besoin de toutes les bonnes volontés pour assurer son maintien? Tous ceux qui connaissent l’OB savent que je ne cesse de rendre service à mon club même quand je suis en dehors du comité. C’est pourquoi j’ai jugé que dans l’intérêt du club il faut que je démissionne. • Revenons au club, pensez-vous qu’il est en mesure d’assurer son maintien? Malgré les limites manifestes de l’entraîneur, je suis optimiste quant à l’avenir du club en Nationale A. Car les joueurs béjaois sauront se ressaisir et puis tout le monde va s’y mettre pour sauver le club. Il n’y a pas de doute, l’OB se maintiendra en Nationale A. • Un mot pour conclure Je pense qu’il est grand temps pour que l’on se rende compte de la gravité de la situation et qu’on œuvre pour sauver le club. A ce propos, je remercie tous ceux qui sont en train d’agir pour préserver les biens de l’équipe aussi bien à Béja qu’à Tunis même si ça ne plaît pas à certains d’évoquer l’apport de ceux qui ne cessent de nous apporter soutien à partir de la capitale. K.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com