Face à face / Quelle liberté?





Entre hier et aujourd’hui, la liberté des jeunes a sans doute évolué dans le fond et dans la forme. Qu’en pensent les adultes et les jeunes? M. Chérif Ben Sedrine (retraité) : «Souples et fermes» «Les temps ont évolué et les jeunes doivent être vigilants quant à la culture étrangère. Il ne faut pas qu’ils adoptent ces traditions et ces habitudes importées sans les remettre en question. Il faut, au contraire, préserver nos coutumes et notre religion. Sinon, il y a de grands risques que ces jeunes finissent par s’aliéner. Il revient aux parents de doser la liberté de leurs enfants. Sans être rigoureux, les parents sont appelés à être comme un roseau, souples sans se casser. Car la souplesse et la flexibilité sont nécessaires par ces temps modernes. Sinon c’est la révolte des enfants qui peuvent, en fin de compte, faire ce qu’ils veulent à votre insu. Alors il vaut mieux savoir composer avec eux et gagner leur confiance». * Manel Jelassi, 17 ans (lycéenne) : «Eviter les deux extrêmes» «Les jeunes d’aujourd’hui ne savent pas profiter de leur liberté. Comme il y a, par ailleurs, des parents qui serrent trop les vis. La meilleure solution, à mon avis, serait de savoir doser la liberté. Pour moi, je pense que je dois avoir une attitude raisonnable qui me permet de gérer ma vie, c’est-à-dire gérer mon budget, mes fréquentations et mes choix. Dans mon cas, mes parents m’accordent une certaine liberté de telle façon qu’ils m’autorisent à sortir tout en m’appelant au téléphone et me fixant une heure à ne pas dépasser. Mais je pense, qu’en général, les parents doivent être compréhensifs et dialoguer avec leurs enfants, comprendre davantage leur adolescence sans, bien sûr, tomber dans la permissivité. Il faut plutôt éviter les deux extrêmes parce que les conséquences risquent d’être très lourdes». Propos recueillis par M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com