Handball/ La Démission de Lotfi Bohli rejetée : Le bon sensa prévalu





Le directeur technique national, annoncé partant, va très probablement demeurer au poste et c’est tant mieux pour le handball tunisien à quelques mois du Mondial 2005. On a évoqué il y a quelques jours, sur ces mêmes colonnes, le problème posé par la démission de Lotfi Bohli, le D.T.N. de la Fédération qui, se sentant délaissé, n’a pas hésité à annoncer son désir de partir. Cette démission, parvenue à la tutelle, a provoqué une réaction salutaire de la part des hautes instances sportives puisqu’on apprend qu’elle a été rejetée et que le D.T.N. a été confirmé à son poste avec la promesse d’avoir les meilleures conditions lui permettant de tenir convenablement son rôle au sein de la F.T.H.B. Compte tenu de cette intervention qui a fait prévaloir le bon sens, on s’attend à voir les choses bouger du côté de la Fédération de manière à mieux exploiter le travail colossal entrepris par la D.T.N.. Il va falloir en premier lieu contourner le différend existant entre Lotfi Bohli et Rafik Khouaja, le président de la Fédération. De même, les prochaines échéances vont exiger un volume de travail plus important au sein de la D.T.N. qui doit voir d’un bon œil le renforcement de ses structures. Le retour de Sayed Ayari qui sera plus présent aux côtés de Zoran, l’entraîneur national, et la présence de Riadh Azaïez au poste de D.T.N. adjoint ne peuvent que faire du bien au handball national appelé à honorer son excellente réputation à l’échelle mondiale. Nous profitons de l'occasion pour rappeler que Lotfi Bohli a pris les rênes de la D.T.N. depuis plusieurs années et a considérablement contribué aux sacres tunisiens à plusieurs niveaux. Il était «inconcevable» de le voir quitter la scène d’une manière aussi gratuite à huit mois du Mondial dont l’organisation en Tunisie relève également du travail accompli par toutes les parties prenantes, y compris la D.T.N. D’autre part, il va falloir convaincre le sélectionneur national de collaborer étroitement avec Lotfi Bohli et ses adjoints. L’expérience du football est édifiante et Roger Lemerre avait une renommée mondiale supérieure à celle de Zoran Zivkovic. Pourtant, il n’a pas hésité à collaborer et la réussite était au rendez-vous. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com