A qui est la faute ?





Décidément, de nombreux étudiants dans différentes spécialités plaident «déçus». En effet, une fois le bac décroché, l’enthousiasme est sapé dès qu’ils mettent les pieds à l’université. Que ce soit pour les études artistiques où l’aberration est plus dénonçable ou pour les autres filières, la réalité n’est pas au niveau des attentes. C’est plutôt le «c’est pas ça !». Dès les premiers jours à la fac, surtout quand le destin met les amphis sur le chemin des étudiants, la passion n’a plus a priori raison d’être. La théorie massive et intensive décourage les uns à s’investir à fond et installe les autres dans le registre de la perturbation. Sans parler des études supposées être artistiques. C’est un véritable choc avec mille et une contraintes anti-artistiques. Et place à toutes les formes de découragement qui agressent directement la passion et finissent souvent par la tuer. L’on se demande, à qui revient la faute et où réside le mal précisément ?


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com