Un Homme dans le Match : Boumnijel, le glas?





Nous aurions souhaité, dans le cadre de cette rubrique, faire l’éloge d’un des nôtres. Et, à part Hagui, excellent sur le plan individuel mais dont l’entente avec Saïdi était loin de constituer un modèle du genre, les autres ont, le plus souvent, clopiné et erré comme des âmes en peine. Parmi ces derniers, un certain… Boumnijel. Il est irréfutable que le gardien tunisien est un exemple type de professionnalisme. Pour avoir suivi les points de presse qu’il a livrés avant, pendant et après la CAN 2004, je peux certifier que Boumnijel est l’un des rares, des rarissimes joueurs tunisiens se prévalant de hautes valeurs morales, humaines et intellectuelles, outre son prolifique vécu footballistique. En outre, et au lendemain de la retraite de Chokri El Ouaer, il a fait profiter l’E.N de son expérience, de son métier. Et il a toujours répondu présent aux diverses sollicitations. Mais comme la pérennité est un mot à exclure du lexique sportif, et à 38 ans bien sonnés, Boumnijel commence à ressentir le poids écrasant des ans. Et la première qualité d’un gardien, à savoir le réflexe, d’en prendre un sacré coup, comme en témoignent plusieurs séquences de jeu face à l’Italie, notamment celles inhérentes aux premier, deuxième et quatrième buts. Tout en remerciant à la fois l’homme et le sportif pour le bonheur qu’il nous a procuré, avec le reste du groupe, surtout ses prestations relevées face au Sénégal et au Nigeria, nous estimons qu’il est grand temps de penser à la relève, même si derrière lui, il y a le vide. Wahid Smaoui


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com