Béja : Nostalgies





Vendredi dernier, Béja a abrité une soirée poétique assortie d’intermèdes musicaux, animés par le violoniste Lassaâd Arfaoui. Le critique littéraire Jaouhar Aouled Hammouda a évoqué l’importance que revêt la poésie en ces temps-ci. Une forme d’art qui devrait retrouver sa verve et, par là même, ses lecteurs. Hassine Kahouaji a laissé s’égrener dans les enceintes du centre culturel de Béja des poèmes signés de sa propre griffe, laissant transparaître un air nostalgique rappelant quelques aspects de notre mémoire collective. Les poèmes romantiques de Faïza Messaoûdi en langue française, tout comme la poésie féminine sollicitent la profondeur de l’âme d’une femme. Rafik Fadhlaoui a lu quelques bribes de son recueil de poésie où domine un esprit réaliste en même temps que mystique. M.B.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com