Avenir du textile-habillement : Une partie rude mais… jouable





Tous ceux qui étaient présents à la Journée consacrée au textile-habillement avaient cédé à cette conviction profonde que le secteur tiendra bon malgré toutes les menaces. Simplement parce que la Tunisie se comportait dans les règles de l’art: soutien de l’Etat à l’effort des professionnels, engagement total de l’UTICA et, peut-être par dessus tout, le fait de confier l’enquête sur la réalité et l’avenir du domaine à des consultants indépendants. Tunis-Le Quotidien Il fallait être là pour saisir le sens de la scène. Car ce qui s’est passé à un certain moment dans la séance d’introduction de la Journée du 5 juin laisse songeur. Le consultant Bernard Cerciat du Cabinet GHERZI, qui avait cantonné ses recommandations prioritaires pour le secteur à la lecture des têtes de chapitre, finissait son intervention de plus de 60 minutes. Quelques débuts d’applaudissements. Mais, surprise à la fois, M. Mondher Zénaïdi, ministre du Commerce, et M. Hédi Djilani, président de l’UTICA, interpellent le consultant pour qu’il développe encore mieux son approche des priorités. Murmures approbateurs dans la salle. Par-delà les détails importants auxquels il faut évidemment faire face, c’est à notre sens cette attitude de MM. Zénaïdi et Djilani qui fera la différence dans les années à venir. C’est cette concentration et cet engagement sans ambiguïté qui peuvent rassurer vraiment les professionnels car ils font véhiculer le message essentiel suivant: nous avons à cœur les pressions qui vous attendent et nous resterons à vos côtés pour passer le cap. D’ailleurs, ce n’est pas seulement par leur attitude que le ministre et le patron des patrons affichent leur soutien. M. Zénaïdi affirme ainsi que «pour ce qui concerne l’Etat, soyez assurés qu’il veillera à créer un environnement national et international aussi favorable que possible pour le développement de votre secteur que nous considérons comme une activité hautement stratégique pour nos équilibres socio-économiques. Soyez également certains qu’il est tout à fait résolu à accompagner et à soutenir, avec toute la vigueur nécessaire, vos efforts d’investissement, d’adaptation et de modernisation». Pour sa part, M. Djilani soutient qu’il est loin d’être trop tard de sauver nos sociétés dans la perspective de l’année 2005, caractérisée par le démantèlement des accords multifibres, l’entrée de la Chine dans la compétition débridée, l’élargissement de l’Union Européenne. Il conseille avec insistance de ne surtout pas être pessimistes, soulignant qu’il est personnellement confiant autant dans la capacité du secteur à progresser que dans l’aptitude du Gouvernement tunisien à le soutenir. Lors de cette Journée, les participants ont également entendu M. Cerciat, du Cabinet indépendant GHERZI. Et s’il fallait retenir les éléments les plus tournés vers l’avenir dans son intervention, il s’agirait sans doute des priorités incontournables qui ont été mises à jour par son enquête: l’offre textile et l’accès aux marchés, l’organisation de la profession, l’appui des pouvoirs publics… Les membres de la Fédération nationale du textile retiendront également le fait que ce consultant indépendant ait appelé au renforcement de la Fédération, soutenant que le secteur ne peut être fort qu’avec une structure forte. Manoubi Akrout


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com