Basket: Super Play-off (Finale – Retour) / J.S.K. – C.A. (86 – 95) : A remettre





Faisant ployer l’échine à la J.S.K. à Kairouan même, le C.A. a réussi la gageure de faire revenir son antagoniste pour une troisième rencontre décisive, la «belle», à El-Gorjani. Les Kairouanais, quant à eux, ont appris à leurs dépens qu’un match se gagne sur le parquet, jusqu’à la dernière sueur de son front et non pas avant terme. Les Clubistes ont d’ailleurs affiché leurs ambitions conquérantes dès le début, menant par (9-15), avant que les Kairouanais ne bouclent le premier quart-temps à (21-19). Portés par un public en liesse qui, lui aussi, a cru un peu tôt à la victoire, les Aghlabides vont poursuivre sur leur lancée pour mener 29-24 grâce à un phénoménal Slimène. Mais, fidèle à son cachet, le C.A., sans crier gare, va revenir au score pour égaliser à (37-37) à 2’ de la mi-temps qui verra la J.S.K. l’abréger à (42-37) en sa faveur. Il faut reconnaître que, préalablement et avant la pause, il y eut beaucoup de déchets dans le jeu des deux équipes, suite aux sorties des deux côtés de certains joueurs pour cumul de fautes et leur remplacement par des suppléants en manque de compétition. Le match se poursuivra tout aussi équilibré et le troisième quart-temps prendra fin sur le score de (66-64) en faveur de la J.S.K. A l’entame du dernier quart-temps, les Kairouanais signeront un (6-0) pour mener (72-64). Et depuis, ce fut le début du cauchemar pour eux. Les Clubistes marqueront à leur tour 10 points d’affiliée sans en concéder un seul (72-74). Les fautes sont commises à foison et les défenses deviennent passives. A 3’ de la fin, Douden quitte les siens après avoir commis sa fatale cinquième faute à (82-82). Lors des 2’ finales, le C.A. enfoncera le clou suivant l’évolution suivante : (84-86) puis Dhifallah, auteur d’une sortie époustouflante, après avoir su museler Slimène vers la fin, marque (88-88); la J.S.K. sort du match mentalement et Slimène commet une faute anti-sportive permettant à Dhifallah de porter la marque à (84-90); encore une fois, Slimène concède la faute et Ezzehi signe (84-92); à 25’’ S. Kechrid réduit le score (86-92); Témimi marque un lancer-franc et Ezzehi clôture la marque à (86-95). Bravo pour le C.A., au vu de sa force de caractère et de sa bravoure. Les Kairouanais, pour leur part, ont péché par un sentiment de suffisance et une sorte de fatuité, malgré les incessantes mises en garde de leur coach. Wahid SMAOUI ______________ * L’analyse technique de Abdessattar Elloumi : Le mental, principal clivage Comme l’a prédit notre consultant technique, dans notre édition d’hier, le C.A. avait les moyens d’aller jusqu’à la «belle», pour peu qu’il résiste jusqu’à 2’ de la fin. Pour le compte de cette deuxième manche, il met en exergue la maturité des Clubistes et incombe le revers kairouanais à l’indiscipline tactique de certains joueurs. * Le jeu de la J.S.K. Lors du premier quart-temps, les Kairouanais ont appliqué en défense un homme-à-homme strict et ce jusqu’à 6’ de jeu, ce qui donna à voir une défense assez perméable. Après la sortie d’Ezzéhi, elle est devenue plus hermétique. En attaque, leur jeu était basé sur la fixation, suivie de passes pour mettre les attaquants dans les meilleures dispositions de tirs. Lors du deuxième quart-temps, l’homme-à-homme est toujours resté de mise. En défense, Bouden a bien neutralisé Essayed, alors qu’en attaque, il y avait une bonne circulation de la balle ponctuée par quelques tirs réussis notamment ceux de Maoua et S. Kéchrid. Le jeu offensif des Kairouanais sera nettement bémolisé après l’incorporation de Garaoui et Tebbini, malgré leur avance au score (42-37). Lors du troisième quart-temps, ils connaîtront un nouveau passage à vide, mais Maoua et S. Kéchrid permettent à leur équipe de maintenir la cadence. Après un bon (6-0) au début du quatrième quart-temps (72-64), les Kairouanais croiront le match gagné d’avance. Et c’est le début de leur calvaire, à cause d’une fébrilité mentale qui leur fut très dommageable. A 4’ de la fin, Bouden sort pour 5 fautes et la J.S.K. jouera avec deux arrières (M. Kéchrid et Ferjéni) tous deux petits de taille. Le jeu périphérique des Kairouanais sera ponctué par plusieurs tirs ratés et le doute d’éroder leur mental. * Le jeu du C.A. Les Clubistes ont commencé par appliquer un homme-à-homme sur la zone qui a bien fonctionné. Après la sortie d’Ezzehi,il y eut recours à une zone 1-2-2 qui ne leur a pas tellement réussi. En attaque, le jeu était basé particulièrement sur Essayed et Ezzehi. Mais quand ce dernier a fait défaut aux siens, l’efficacité offensive s’est beaucoup atténuée. En outre, Essayed qui, d’habitude, coupe sous le panier, a choisi à chaque fois de revenir dans une position axiale. Au début du deuxième quart-temps, le 1-2-2 continuait à montrer ses limites vu que Bouden, tel un loup dans une bergerie, en profitait pleinement, d’où le retour à l’homme-à-homme. En attaque, avec trois joueurs performants seulement, et un jeu basé sur les transitions, l’enchaînement n’a pas suivi d’autant plus qu’en face, les Kairouanais optaient pour le trapping sur Ezzehi. Après un troisième quart-temps tout juste moyen, les Clubistes ont donné la pleine mesure de leur talent, prouvant qu’ils ne sont aussi forts que lorsque l’adversaire laisse des brèches. Une fois, ils sont mentalement et mathématiquement revenus dans le match, à (72-74) après un net (10-0), ils ont retrouvé leur jeu habituel. Et la prise de risques des deux côtés, consistant à tirer profit de tous ses atouts, sur fond de fautes incalculables commises, a tourné à l’avantage des Clubistes. * Ce qui a fait la différence Si je m’en tiens à la fin du match, je retiendrai l’indiscipline tactique de certains éléments kairouanais. De plus, la sortie de Bouden a énormément fragilisé leur jeu, le plus souvent périphérique et, par ricochet, improductif. Le C.A., pour sa part, a gagné le match grâce à la force de caractère des ses joueurs, habitués à gérer opportunément les fins de matches. W.S.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com