Ordre des avocats : Compétition serrée pour le poste de bâtonnier…





Tunis - Le Quotidien Décidément, les élections du bâtonnier du Conseil de l’Ordre des avocats échappent à tout pronostic. La multitude de candidatures pour ce poste brouille les cartes des observateurs les plus avertis. Sept avocats ont déposé officiellement leurs candidatures. Il s’agit du bâtonnier sortant, Me Béchir Essid, des deux présidents sortants de la section de Sfax et de Tunis, Mes Elyès Gargouri et Abdessattar Ben Moussa ainsi que de Mes Ridha Lajhouri, Jameleddine Bida, Brahim Bouderbala et Badiî J’rad. Trois autres candidats seraient sur le point de déposer leurs candidatures, en l’occurrence Mes Abdeljelil Bouraoui, Mohamed M’kacher et Abderraouf Ayadi. Bien qu’une dizaine de jours seulement nous séparent du rendez-vous avec les urnes, aucun des candidats, qui continuent leurs tournées marathoniennes dans les régions, ne semble favori pour damer le pion à ses rivaux. Les observateurs pensent que la multitude des candidatures va contribuer au chamboulement des alliances habituelles fondées sur l’appartenance aux différents courants du barreau. Le bâtonnier sortant ne pourrait plus, en effet, compter sur la totalité des voix des avocats appartenant au courant d’obédience nationaliste-arabe dont une partie voterait pour Me. Brahim Bouderbala, ni sur la majorité des «non-positivistes» qui soutiendront, selon toute vraisemblance, Mes Mohamed M’kacher et Abderraouf Ayadi. Me. Abdeljelil Bouraoui mise sur les (RCDistes) ainsi que sur une partie des avocats de gauche et d’indépendants tout comme Me Abdessattar Ben Moussa. D’autres candidats pourraient bénéficier des considérations régionalistes tel M. Elyès Gargouri. Toujours est-il que certains observateurs rompus aux subtilités électorales du monde du barreau estiment que quatre candidats ont des chances presque égales. Il s’agit de l’ancien bâtonnier Me Abdeljelil Bouraoui dont la «crédibilité» ne semble pas avoir perdu de sa superbe auprès de ses pairs, du candidat malheureux du deuxième tour face au bâtonnier sortant, Me. Brahim Bouderbala, de Me. Essid, lequel pourrait bénéficier de nouveau d’une alliance de circonstances avec certain courants radicaux du barreau et de Me. Abdessattar Ben Moussa dont la «bonne moisson» à la tête de la section de Tunis a contribué à une montée en flèche de sa cote. Et c’est justement pour cette raison qu’on s’attend à ce que les élections passent inéluctablement au deuxième tour. Les quelques jours à venir voire même les tractations de dernière minute le jour de l’Assemblée générale élective pourraient, toutefois, favoriser l’apparition d’un candidat favori ou corser davantage la tendance à l’éparpillement des voix… W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com