Métiers et Professions des Italiens de Tunisie : L’histoire des mille et une relations





«Métiers et professions des Italiens de Tunisie», tel est le titre d’un nouvel ouvrage que vient de publier la Maison d’édition «Finzi» - l’une des plus vieilles en Tunisie - et dont la présentation a eu lieu jeudi récemment à la Cité des Sciences. L’histoire des métiers et professions des Italiens en Tunisie épouse, en effet, les contours de l’histoire-même de l’ancienne génération de la communauté italienne, de leur vécu, mais aussi de leur intégration en Tunisie. C’est, en substance, l’hypothèse principale de laquelle un groupe de chercheurs tunisiens et italiens est parti pour relater dans ce livre l’histoire des travailleurs italiens émigrés en Tunisie. C’est que l’installation des travailleurs italiens en Tunisie remonte jusqu’au début de 19ème siècle. A cette époque, plusieurs métiers et professions ainsi que des entreprises se sont implantés en Tunisie. Parmi ces entreprises, Mme Elia Finzi, un des auteurs de ce livre, évoque l’imprimerie de la rue de Russie qui remonte à 1879, mais également la parution des premiers journaux en langue italienne, comme «L’AVVENIRE DI SARDEGNA», édité depuis 1871, «L’UNIONE», en 1889, plus tard, «IL GIORNO», entre autres. «L’histoire de ces journaux correspond, en effet, à l’histoire de la presse italienne en Tunisie qui remonte à plus de 150 ans», a noté la présentatrice. Mais ce n’est pas le secteur de l’imprimerie qui a constitué le secteur d’activité des immigrés italiens. Ils ont brillé aussi dans le secteur de la publicité jusqu’aux années 60, et dans le secteur de l’architecture, de la maçonnerie, de la restauration, du bois et de la pêche, dans des régions comme Mahdia et le Nord-ouest. De tels aspects ont été longuement développés dans la première partie de ce livre. * Emprunts linguistiques Des statistiques fort-éloquentes ont également été présentées dans la deuxième partie de ce livre et classent les travailleurs par catégorie de professions et de métiers, tandis que la troisième partie décrit plusieurs aspects et témoignages sur les activités exercées par la communauté italienne à l’époque. La quatrième partie de ce livre relate l’histoire du travail et des travailleurs italiens en Tunisie, illustrée par des documents et des conventions de travail signées avant et sous le protectorat français. Dans cette dernière partie, les auteurs du livre procèdent aussi à une présentation exhaustive des emprunts linguistiques entre le Tunisien et l’Italien, dans le monde du travail. L’exemple le plus percutant est le cas de Mahdia où, dans le secteur de la pêche, de nombreux travailleurs ont emprunté de l’italien de nombreux noms de poisson. Mme Raja Labaïed, un des auteurs de ce livre, présente une liste complète des noms de nombreuses espèces de poisson d’origine sicilienne et dont la dénomination est, encore, utilisée dans le domaine de la pêcherie en Italie. Bref, ce livre a une connotation foncièrement authentique et relate l’histoire de l’intégration de la communauté italienne d’antan en Tunisie. Une histoire marquée par l’hospitalité de la terre d’accueil et, surtout, par la naissance d’une communauté d’intellectuels italiens d’origine ou nés en Tunisie. Raison pour laquelle chaque chapitre du livre a été introduit par un texte littéraire d’un auteur né en Tunisie. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com