Basket/ Super Play-off (Belle)/ C.A. – J.S.K. (88 – 87) : Première fabuleuse





D’une autre planète, celle de la N.B.A., ce dernier panier de Naïm Dhifallah qui a offert le premier titre de champion de Tunisie au C.A. C’est assurément le sacre de la régularité, du travail patient et méticuleux de toute une saison, de plusieurs saisons même. Qu’il est riche le basket, puisqu’à une seconde de la fin, la J.S.K. tenait entre ses mains son quatrième titre! Le premier quart-temps fut très équilibré. Les deux équipes ont fait preuve d’application, notamment en défense. L’homme-à-homme du C.A a énormément gêné les attaquants kairouanais, contraints de procéder périphériquement. Les Aghlabides ont choisi, pour leur part, entre-autres options, de museler Ezzehi. Et à ce jeu, Tebbini s’en est sorti à son honneur, d’autant plus qu’il le dépasse d’une tête, ce qui lui a permis de le mettre relativement sous l’éteignoir. Le n°8 clubiste a été ainsi, par intermittences, obligé de quitter la «bouteille», ce qui ne l’empêcha pas de marquer, chose rare pour lui, un panier de la longue distance et d’en arriver à 5 points pour le compte du premier quart-temps. Et celui-ci de prendre fin sur le score de (19-18). L’entame du second quart-temps verra les Kairouanais revenir en force en signant 10 points pour n’en concéder qu’un panier (21-28). Le jeu s’emballe et c’est la JSK qui en tire les dividendes, son cachet s’y prêtant beaucoup plus que celui du CA. Les joueurs des deux camps jouent en première intention et à ce jeu, Maoua, qui venait de faire son entrée et surtout Souheïl Kechrid vont exceller en marquant à eux deux, trois paniers de la longue distance, faisant grimper le score à (27-36). La mi-temps sera sifflée sur la marque de (32-40) en faveur des Kairouanais. Le scénario inverse se produira au début du troisième quart-temps, et c’est le CA qui retrouvera ses repères pour signer un fracassant (13-1) et mener ainsi de 5 points (46-41). Durant ce laps de temps, Monaem Aoun a utilisé la carte «Ghnaïnia» qui s’est avérée assez payante. Mais les Clubistes, suite aux efforts giganstesques déployés, vont accuser légèrement le coup et la JSK , grâce à un Marouène Kechrid retrouvé, va revenir progressivement et ce troisième quart-temps de prendre fin sur la score de (56-57). Le début du dernier quart-temps sera marqué par la sortie de Souheïl Kechrid pour cinq fautes. Et comme ce fut le cas à Kairouan, il y a une semaine, Dhifallah, excellent jusqu’ici, va se distinguer encore plus en tempérant au maximum le rendement de Slimène et en se montrant tranchant en attaque. La dernière minute sera époustouflante et Skander Nabli, qui venait de suppléer Temimi, sorti pour cinq fautes, signe un magistral panier à 3 points à 20’’ de la fin et donnera l’avantage aux siens (74-72). Mais à 5’’, Ben Salah commet une faute, sa cinquième, lui aussi, sur Maoua qui ne se fera pas prier pour emmener son équipe aux prolongations (74-74). Les 5’ ajoutées verront, dès le début, les sorties conjuguées de Slimène, d’un côté, et de Amri de l’autre. Et à l’entrée de la dernière minute, les deux équipes étaient à égalité (81-81). Côté aghlabide, Bouden décide d’endosser la responsabilité du match, et côté clubiste, c’est une responsabilité plutôt collective grâce au trio Essayed, Ezzehi et Dhifallah. Evolution du score : (83-83) à 50’’, (83-85) à 30’’, (85-85) à 19’’ et (85-87) à 1’’. Lorsque Maoua marqua les deux derniers points sur lancers-francs, ceux qui croyaient à un retour des Clubistes devaient se compter sur les doigts d’une seule main. Remise en jeu, deux passes et Dhifallah, dans une tentative désespérée de la moitié du terrain, côté touche, catapulte le cuir dans le panier (88-87). Les Kairouanais, qui jubilaient déjà, ont dû déchanter. Et la liesse de changer miraculeusement de camp. La providence s’en est mêlée et c’est peut-être plus juste ainsi, au vu de l’excellente saison des Clubistes qui ont mérité ce premier titre de leur histoire. Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com