Belle rossée pour le “suiveur” patenté !





Quel culot et quelle hardiesse ! Mais dans le mauvais sens ! L’extravagance mélangée à l’incivisme de certains énergumènes n’ont certes plus de limite, mais pas au point de bafouer toutes les normes de la bienséance... Tunis - Le Quotidien La jeune fille ne s’en est rendu compte qu’au bout du troisième ou quatrième jour, mais elle en était désormais sûre: le jeune homme était bel et bien à ses trousses. Il la suivait partout où elle allait, il ne s’en cachait d’ailleurs point, faisant au contraire tout pour qu’elle s’en aperçoive. Or, comme elle était obligée d’emprunter le train pour aller au travail, dans une société dont le siège était à quelques encablures de la gare, ainsi que pour rentrer le soir du côté de Radès, elle se sentait en sécurité, entourée des nombreux usagers qui inondaient les multiples rames. La présence de son suiveur qui collait à ses basques telle une sangsue ne l’indisposait nullement, du moment qu’il se contentait de ce rôle. Mais ce “voyeur” impénitent a fini cependant par changer de tactique, prenant son mutisme pour une invite à aller de l’avant dans ses intentions. Ce qui explique ses manœuvres pour s’en rapprocher davantage et tenter une percée dans l’apparente cuirasse de la “cible”. Pour toute réponse, cette dernière a continué à l’ignorer malgré toutes ses tentatives. Une attitude qui n’a manifestement pas plu au bonhomme lequel s’est apparemment juré d’en finir une fois pour toutes avec cette mascarade. Aussi, s’est-il pointé un jour en compagnie de deux acolytes, décidé... à trancher dans le vif ! Ce jour-là, il est entré en effet carrément dans le vif du sujet en s’approchant de la jeune fille et à s'y “frotter” littéralement. Cette dernière a beau essayer de le fuir, rien n’y fit. Le gaillard ne l’a pas lâchée, lui susurrant quelques mots qui l’ont fait carrément rougir ! Heureusement pour elle, la présence d’un agent de l’ordre allait la sauver, quoique momentanément. Vertement véhémenté, l’énergumène a quitté la rame, toujours flanqué de ses deux complices, mais pour aller s’engouffrer dans le wagon suivant, attendant patiemment son heure. Mais que nenni! A son arrivée, à Radès, il a trouvé un véritable comité d’accueil l’attendant sur le quai. La jeune fille a eu en effet la présence d’esprit d’alerter son frangin lequel a organisé tout simplement une expédition punitive. Accueilli chaleureusement et pompeusement (pour être plus explicite, disons “bombeusement”, bien que le terme n’existe nulle part), il a eu droit à un sale quart d’heure. Pis encore, ses complices l’ont lâché, le laissant se démerder tout seul. Une heure environ plus tard, il s’est pointé au poste de police de la localité afin de porter plainte. Il était dans un piteux état et tellement sonné que les agents se sont empressés d’alerter les secours, avant d’entamer l’enquête d’usage... Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com