Exclusif : Tout sur le festival de Tabarka





- Tabarka, été 2004, pôle international de la musique : Buenavista, Liz Mac Comb, Idrissa Diop, Umberto Tozzi… hôtes de la Cité du Corail Comme chaque année, l’actualité est monopolisée par les festivals de Tabarka. Nous avons demandé au Dr. Jilani Daboussi, maire de la ville et président du Comité d’Organisation de ses festivals de nous parler des préparatifs d’autant que les rumeurs s’amplifient concernant le retard. Quelle procédure a été adoptée cette année? — Un appel d’offres a été lancé. Huit producteurs ont soumissionné. Quatre ont été choisis pour les quatre festivals. C’est une première. Le rapport qualité/prix a été excellent avec une programmation top niveau! Qui a choisi les artistes? — Une vingtaine de journalistes et de musiciens spécialisés ont noté les artistes en fonction de leur qualité et de leur notoriété. Comment expliquez-vous ce retard? — Notre comité est né le 28 avril dernier, c’est-à-dire il y a à peine 6 semaines. En outre, les délais de l’appel d’offres sont souvent incompressibles bien qu’ils soient de droit privé. Enfin, la concurrence fut rude, cette année, avec Antibes, Montréal et Montreux pour attirer les grands calibres du jazz. Ils ont l’argent. Nous ne manquerons pas d’idées. Quel sera le programme du jazz? — Honnêtement, ce sera le programme le plus remarquable qu’ait jamais connu Tabarka. Une ouverture platinium avec le célèbre Buneavista Social Club. Une clôture exceptionnelle avec Liz Mac Comb. Contrairement aux années précédentes, les autres soirées accueilleront également des stars internationales comme Billy Paul, Archie Shepp. Mac Coy Tyner, Manu Dibango… et bien d’autres. Et pour le world music? — Une magnifique ouverture africaine avec Idrissa Diop. Une clôture somptueuse avec The magic Platters. Et pour les autres soirées, un top niveau avec le groupe Imagination, UmbertoTozzi, le groupe Los Machucambos, Joseph Beckford et bien d’autres world stars… Le latinos? — Cela va être la surprise de l’été. D’abord, le Hermes House Band, prodigieux groupe de salsa, puis le Huracan Del Caribe qu’on ne présente plus. Enfin, une clôture tonitruante avec le groupe cubain de la Fiesta Tropicale. Vous commencez vos festivals par le raï? — L’événement ce sera l’Orchestre National de Barbès. Sans compter les représentations des deux générations du raï: Cheïkha Remietti et Houari Dauphin. Vous avez aussi des spectacles sponsorisés? — Oui. En première partie de toutes les soirées, nous aurons un spectacle sponsorisé par nos amis des ambassades d’Autriche, des USA, d’Italie, d’Espagne, de Suisse, d’Allemagne, de Russie, de Pologne, du Brésil, d’Argentine, de Grande-Bretagne… A toutes ces ambassades et à celles qui les rejoignent, merci. L’annonce officielle des programmes est donc incessante? — Elle dépend de notre tutelle qui a la charge de contrôler les procédures administratives et financières engagées. M. Zouari, ministre du Tourisme et de l’artisanat, vient de nous faire part, à M. Ben Miled et à moi-même, de sa grande satisfaction pour notre gestion. Dès la confirmation officielle, la fusée des festivals sera mise sur orbite. Où en êtes-vous sur le plan de l’infrastructure? — Le «Théâtre de la mer» de 6.000 places va être bientôt achevé grâce au soutien inestimable du Président Ben Ali. Nous démarrerons aussitôt la construction de notre grande salle de spectacles de 2.000 places. Ce sera alors la fête toute l’année. Propos recueillis par Imen Abderrahmani ______________ Tabarka, charmante et charmeuse L’ancienne ville phénicienne Thabarka qui veut dire «le lieu ombrage» se fait plus belle, aujourd’hui, pour accueillir ses amoureux venant des quatre coins du monde étancher leur soif de musique et de rythmes. Quatre rendez-vous d’amour et de beauté sont au menu de cette ville enchanteresse : le Festival de la musique raï du 24 au 26 du mois courant, le Festival du Jazz du 2 au 10 juillet, Tabarka World music festival du 20 au 28 août et le Festival Latinos du 2 au 4 septembre. Quatre mois de rêve et d’enchantement ! * BUENAVISTA SOCIAL CLUB L’époustouflant groupe de jazz latinos fondé par Compay Segundo à CUBA. Une légende avec l’héritier du Maître : le leader Eliades Ochoa qui a triomphé dans le monde entier * MANU DIBANGO & RAY LEMA Un cocktail surprise, mijoté par deux fous de scène. Manu est l’ambassadeur de l’acid- Jazz. Accompagné du congolais Ray Lema, il réussit une combinaison détonante de musique pour notre plus grand plaisir * FIESTA TROPICALE Une musique des plus entraînantes et des plus festives. L’événement musical de Tabarka… IDRISSA DIOP (Sénégal) L’africain qui étonne. Grand professionnel, véritable bête de scène, il présente un spectacle magique… * IMAGINATION Une légende vivante avec des tubes comme «JUST AND ILLUSION», «FLASH BACK», «MUSIC AND LIGHT» et bien d’autres… ORCHESTRE NATIONAL DE BARBES Groupe Multi ethnique descendant d’esclaves noirs , il représente la musique Rai profonde rehaussée par des pointes de Reggai, de Ragga, de jazz et de Gnaoua Un triomphe à Paris… * CHEIKHA RIMITI sur scène, c’est un véritable sirocco entraînant. En bonne paysanne, elle chante l’amour, l’amitié, le deuil, la guerre, l’alcool, l’émigration et la révolte. * UMBERTO TOZZI (Italie) Le crooner Italien ne manquera pas de reprendre ses plus grands succès avec l’incontournable «TI Amo» et la reprise de «TU» vendus cette année à plus de 1million de disques rien qu’en France.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com