Meubles : Le standing se paie …





Pour les jeunes fiancés, avant de rêver de la lune de miel, il faut d’abord penser à meubler le foyer conjugal. Sur le marché des meubles, l’offre est suffisamment variée et toutes les bourses peuvent y trouver leur compte. Seule variable à prendre au sérieux, le rapport qualité/prix. Tunis - Le Quotidien Quand il s’agit de planifier des dépenses des noces, les jeunes couples consacrent le plus clair de leur temps à se déplacer entre les «show-rooms» et les salons de meubles dans l’espoir d’y dénicher la chambre à coucher de leurs rêves. Pour les fiancés à revenus modestes, la chasse à la perle rare se limitera, en revanche, aux petits magasins de meubles de moyenne et de bas de gamme, là où ils peuvent trouver le nécessaire au moindre coût. * Crédits-meubles Au marché du meuble, comme tout autre marché d’ailleurs, l’offre est classifiée selon la catégorie de la clientèle. On y trouve donc une variété de gammes avec des fourchettes de prix assez considérables. Dans les «Show Rooms» des grandes enseignes de meubles, les prix affichés peuvent renseigner sur la tendance du marché. Dans ces espaces aménagés avec professionnalisme, et un très bon sens du marketing, on y trouve la tendance des modèles et des couleurs qui vont marquer la saison des mariages. M. Ali Moussa, gérant d’un espace d’exposition d’une grande enseigne de meubles affirme que les gens qui viennent à la recherche des meubles nécessaires pour se marier ont souvent une idée exhaustive sur les prix. «Avec les crédits de consommation fournis par les banques, plusieurs jeunes couples n’hésitent pas à s’offrir une chambre à coucher à deux ou trois mille dinars», souligne-t-il. Et d’ajouter que de plus en plus de jeunes achètent leurs meubles en tenant compte des modèles et des couleurs du marché international. * Couleur «tête de nègre» Pour la saison des mariages qui bat son plein en juillet et août, les créateurs de l’industrie du meuble proposent la simplicité dans la création avec une tendance vers la couleur marron-foncé ou couleur «tête de nègre». D’après notre interlocuteur, les grandes enseignes du pays sont nombreuses à faire des études de marché pour détecter le goût et la couleur préférée par le consommateur local. La participation dans les foires et les salons internationaux permet de fabriquer des modèles selon les tendances internationales. Bas prix, bas de gamme Pour les futurs mariés à petite et moyenne bourse et qui évitent le cercle infernal des crédits et de l’endettement, la couleur et le modèle du meuble importent peu. Avec un budget modeste, il faudra d’abord compter ses sous avant d’acquérir quelques meubles qui serviront au démarrage de la vie en couple. Du côté de la rue de Rome de la capitale, plusieurs boutiques s’alignent proposant des meubles à des prix défiant toute concurrence. M. Ghanem, un ancien commerçant de meubles dans cette place, ayant plus de quarante années d’expérience, affirme que «les meubles proposés dans cet endroit avec des prix qui sont à la portée de tout le monde n’ont rien à envier en terme de qualité aux meubles commercialisés par les grandes enseignes. Et de préciser que «le seul défaut de ces meubles dits bas de gamme réside au niveau de la finition et de l’absence d’une grande créativité». Ces objets qui se vendent à des prix oscillant entre quelques dizaines de dinars jusqu’à six cents à sept cents dinars pour une chambre à coucher par exemple sont fabriqués dans des ateliers artisanaux à Sfax où à Kélibia. M. Ghanem note dans ce sens que la spécificité de la clientèle, majoritairement à moyen budget, détermine les prix qui influent sur le coup de fabrication, ce qui fait que les objets fabriqués ne sont pas très esthétiques. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com