Adel Chedly : «A Sochaux, on me traite comme un gamin !»





* Vous revoilà en Tunisie. Comment avez-vous retrouvé l’ambiance en E.N.? - Franchement, l’ambiance est très bonne. Je peux même vous révéler que je me sens beaucoup mieux avec la Sélection qu’au sein du F.C.Sochaux, mon club. C’est que l’entraîneur et les responsables ont tout fait pour instaurer une ambiance saine et à présent on éprouve beaucoup de plaisir à rejoindre la sélection. Au niveau du travail, tous les joueurs font de leur mieux pour que l’équipe demeure dans cette dynamique de victoires depuis la CAN et je peux vous assurer que tout se passe bien à tous les niveaux. * Contre le Botswana, le rendement de l’E.N. a été inconstant. Comment l’expliquez-vous ? - J’avoue que nous avons cafouillé pendant près d’un quart d’heure en seconde mi-temps. Pourtant, notre domination était évidente et le score était en notre faveur (2-0). Un petit moment d’inattention nous a coûté un but et les joueurs, surpris par la réaction de l’adversaire, ont un peu perdu de leur sérénité. Heureusement qu’on s’est repris par la suite pour signer une large victoire. * Le décor ne sera plus le même à Conakry face à la Guinée. Ce match vous fait-il peur ? - Il n’y a pas de matches qui nous font peur, mais plutôt des rencontres à préparer avec plus de concentration et de sérieux. La Guinée est considérée comme un adversaire coriace. On a joué deux fois contre les Guinéens sans pouvoir les battre et il va falloir réussir un grand match pour rentrer avec un résultat positif. L’ambiance risque d’être très tendue à Conakry et nous devons savoir nous y adapter pour glaner une victoire ou, au moins, un match nul. * Ceci veut-il dire que vous allez opter pour la prudence ? - Personnellement, j’ai toujours envie de gagner et je préfère que l’équipe adopte une tactique offensive. La prudence est nécessaire mais elle ne doit pas limiter le travail offensif. Si on va les attendre derrière, ils vont certainement nous dominer et nous pousser à l’erreur. Ce sont de très bons joueurs et il sera plus judicieux de les contrer loin de notre zone. * Santos et Jaziri, les deux meilleurs attaquants de l’E.N., seront absents. Cela va-t-il influer sur le rendement offensif de l’équipe ? - Il s’agit de deux de nos principaux atouts offensifs, mais l’entraîneur a déjà pensé à combler leur absence. Santos et Jaziri nous manqueront, mais je suis persuadé que les remplaçants vont faire de leur mieux pour mériter la confiance du coach. Jedidi a marqué contre le Mali, Zitouni l’a fait face au Botswana alors que Brahem accomplit un travail énorme même si la chance lui tourne le dos actuellement. J’aime bien le voir prendre sa revanche et fusiller le gardien guinéen ! * Si on parle un peu de votre situation à Sochaux. Comptez-vous y rester encore ? - Pour le moment, je ne le sais pas. Mon club a reçu quelques offres (clubs de Ligue 1) et c’est mon agent qui s’en occupe. J’ai fait comprendre à mes dirigeants que je désire partir et jouer dans un autre club, mais je ne verrai mieux qu’après avoir honoré mes engagements avec l’E.N. * Vous voulez partir parce que vous jouez peu à Sochaux... - C’est un facteur parmi tant d’autres. Ca fait six ans que je suis au club et j’ai toujours donné le meilleur de moi-même, mais je pense sincèrement que mes dirigeants ne méritent pas un tel dévouement. Ils me traitent comme un gamin en me disant tout le temps que je suis un très bon joueur alors que les jours des matches je me trouve souvent sur le banc bien que le coach me fasse toujours comprendre qu’il compte énormément sur moi. Une telle situation ne peut durer plus longtemps et j’ai hâte de partir pour un autre club afin de jouer plus régulièrement. Les offres ne manquent pas et tout va être décidé bientôt. Propos recueillis par Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com