Aïn Draham : Voyage à la source de l’inspiration





Parcourir les forêts de Aïn Draham est toujours une source d’enchantement et de jouissance… jusqu’à la moelle. Les forêts de chênes-lièges sont à l’origine de ce bonheur et de cette fierté qui animent les cœurs et les esprits des habitants de Aïn Draham… Implanté dans la très fertile vallée de l’Oued Mejerda, ce village, perché sur les hauts monts du Nord-Ouest tunisien, a su garder son propre cachet et se maintenir face à l’industrialisation… C’est un combat ardent que mène ce village contre la pollution dans ses diverses formes. Encore vierge, Aïn Draham a choisi de vivre dans ses beaux rêves romantiques… dans ces dernières forêts de chênes-lièges qui fleurent un parfum suave d’un cocktail d’eucalyptus et de fleurs des champs. Une symphonie de verts constellés de petits points jaunes, rouges, mauves ou blancs anime les passions: les coquelicots, les iris, les glaïeuls, les anémones, etc… bougent harmonieusement à la moindre brise, surtout en ces matinées fraîches du début d’été. * Aïn Draham, la muse Décor naturel idéal qui a séduit notre grand poète Aboulkacem Chebbi et lui a inspiré plusieurs poèmes où l’espoir se croise avec le rêve, l’amour et la beauté. Le séjour de Chebbi à Aïn Draham est la source de fierté des habitants de ce village. Si vous avez choisi de passer vos vacances dans ce paradis, n’hésitez pas à visiter la fameuse «pierre» de Aboulkacem Chebbi! C’est une grosse pierre, de laquelle notre aède a fait ses contemplations et ses méditations poétiques. Et c’est par reconnaissance à ce prince du verbe que les habitants de Aïn Draham ont transformé cette pierre en un «sanctuaire». Droit de mémoire. Chebbi n’est plus le seul créateur qui a été sous le charme de ce village. Le réalisateur Abdellatif Ben Ammar est l’une des «victimes» de cette beauté irrésistible. Son dernier téléfilm «Des pas sur des nuées» a creusé dans cette symphonie de grâce entre la faune et la flore de cette région dont le charme échappe à toutes les classifications. A travers ce téléfilm, qui a été tourné essentiellement à Aïn Draham, le grand public a redécouvert la joliesse de ce village. Les forêts immenses de chênes-lièges et de fougères accentuent cette beauté. Aïn Draham ou «La source d’argent», si on essaie de faire la traduction, continue à survivre grâce à ces arbres géants. * Artisans émérites Ils rattachent la terre au ciel. Les arbres de chênes-lièges s’étendent à perte de vue offrant un brouillard vert couvrant ces hauteurs comme un tapis. Outre leur apport esthétique, ces arbres sont le gagne-pain d’un grand nombre d’habitants de ce paradis. Vous n’avez qu’à flâner dans les artères principales pour découvrir l’apport économique de ces arbres. C’est pratiquement depuis une dizaine de jours que les opérations de démasclage de chênes-lièges ont démarré. «Après trente ans de plantation dudit arbre, nous pouvons faire la première opération de démasclage. Le fruit de cette opération est un liège mâle qui n’est pas d’une grande utilité», nous explique l’un des ingénieurs de la Direction des forêts à Aïn Draham. Et d’ajouter: «C’est tous les 12 ans après cette première opération et suite à des calculs bien précis relatifs au diamètre et à la hauteur de l’arbre ainsi qu’à l’état du sol et les spécificités de la région en matière de pluviométrie, qu’on peut enlever le liège féminin. Ces écorces des chênes-lièges servent à confectionner plusieurs objets artistiques». Si vous avez de la chance, vous pouvez assister à ce genre d’opération… Démascler les chênes-lièges est une occasion pour faire la fête: on prépare des plats spéciaux et on sort tôt à la forêt. A chaque fois que la sève suintait d’une fente de l'écorce, un nouvel espoir anime les cœurs, en attendant le démasclage définitif de l’arbre. Avec le dernier coup assommant de la hache des bûcherons, les femmes poussaient des youyous de joie qui s’entremêlent avec les gazouillis des oiseaux. Et c’est de ces écorces que des pots, des petits modèles d’arbres et d’autres objets d’artisanat verront le jour. Imen Abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com