Consultation nationale sur le commerce : Démarrage de la deuxième phase à partir d juillete





Après avoir été entamée au début du mois de juin en cours sur le plan régional, la consultation nationale sur le commerce devrait entrer à partir du mois de juillet dans sa deuxième phase. Une enquête réalisée par le ministère de tutelle a montré, à ce propos, que le secteur souffre de certains défaillances, notamment, en ce qui concerne la relation entre les banques et les commerçants. Tunis-Le Quotidien La consultation nationale sur le commerce englobe, dans sa deuxième phase qui sera entamée au début du mois de juillet, sept séminaires régionaux dans différents gouvernorats. Cette consultation a été divisée en trois thèmes pour l’étude des principales branches du secteur, en l’occurrence, le commerce de distribution, le rôle du secteur du commerce dans la promotion des exportations ainsi que les circuits de distribution des produits agricoles. La consultation sera consacrée, également, à l’étude de plusieurs autres sujets du secteur, tels que le régime de la tarification, le financement et la relation avec les banques ainsi que la relation avec le consommateur... En effet, selon une enquête réalisée dernièrement par le ministère du Commerce et qui a englobé près de 1500 entreprises, la majorité des commerçants ont affirmé l’existence de certains obstacles quant à l’évolution du commerce tunisien. Parmi ces obstacles, la relation avec les banques, puisque près de 56% des chefs d’entreprise interrogés ont précisé que cette relation est quasi-inexistante. Ils se sont plaints du manque de financement par les banques tunisiennes, alors que de nombreux commerçants ont souligné qu’ils préfèrent le financement émanant de la famille. L’enquête a montré également que, parmi les problèmes du secteur commercial, émerge le manque d’information en ce qui concerne les outils du commerce électronique puisque 75% des commerçants interrogés ont affirmé qu’ils n’ont aucune idée sur le développement du e-commerce en Tunisie, alors que 14% seulement ont révélé leur intention de s’équiper des outils du commerce électronique. Pour ce qui est des perspectives du commerce tunisien, 61% des personnes interrogées ont affiché leur optimisme quant à son avenir sans, pour autant, cacher certaines craintes de la concurrence étrangère. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com