Photographie : Zoom sur l’art de la photo





La photographie est-elle comprise aujourd’hui ? A priori non. C’est dans le but de répondre à cette interrogation qu’un atelier a été organisé par le Club de photographie, relevant du Club Tahar Haddad, sur le thème «Miroir». Une manière de décrypter la production photographique et le vrai statut du photographe. La photographie est-elle un art ? Quel est son vrai visage ? Ces interrogations donnent, aujourd’hui, matière à dissertation, d’autant plus que les amateurs de cet art sont pris de court par l’évolution et le développement technologique qui ont fait de ce secteur une véritable industrie artistique. En effet, les moyens de production photographique ont évolué ces dernières années à la vitesse grand «V», et l’on est, à cet effet, passé des appareils photo dits «argentés» aux numériques. Un paramètre qui a particulièrement révolutionné le secteur de la photographie sur les plans quantitatifs et qualitatifs, mais qui a, en revanche, réduit la vocation artistique du photographe. Pourtant, pour ceux qui croient encore à cette vocation, la photographie répond incontestablement, à l’instar des images du cinéma, des tableaux et des objets architecturaux, à ce désir de satisfaire la curiosité oculaire de l’homme, à connaître la nature profonde des images. «Elle reste surtout un art qui n’est pas figé, mais qui exige une création continue. Même avec l’évolution technologique, le métier de photographe exige une forte implication du photographe, aussi bien dans le traitement des photos que dans le choix des couleurs», explique Zadika, architecte rencontrée au Club culturel Tahar Haddad en marge de l’atelier de photographie. Mais la vraie vocation de la photographie ne se réduit pas seulement au côté artistique. «Le photographe est celui qui doit traduire des émotions, dans les images, véhicule un message à l’aide de son appareil et imposer en fin de compte une image qui reflète la réalité dans un ‘‘comment photographier’’ ?», commente Sonia, une autre architecte rencontrée en marge de l’atelier. * Le statut du photographe en question L’organisation d’un atelier de photographie à l’instar de celui qui se tient actuellement et jusqu’au 30 du mois courant vient répondre, à la fois, à une double exigence. Il vise à aiguiser la curiosité d’amateurs de cet art devenu une véritable industrie et à faire connaître le sens de la production photographique, mal saisie, mais pourtant très appréciée. C’est ainsi que l’idée d’organiser un atelier de photographie a été initiée par le club de photographie relevant du Club Culturel Tahar Haddad où, pour la troisième édition, 16 photographes amateurs et professionnels exposent 16 tableaux portant chacun sur un thème. M. Zakaria Cheïbi, animateur de ce club, explique que l’un des objectifs de cet atelier est de faire découvrir aux amateurs de la photographie l’autre visage de cet art. «Les tableaux exposés remettent en question le statut du photographe», commente M. Cheïbi. Et de s’interroger dans ce contexte : «Le photographe est-il un créateur ou un simple professionnel ?». A cette interrogation, les jeunes exposants-photographes ont tenté de répondre à travers les tableaux exposés. Le tableau de Zakaria Cheïbi se propose de restituer la vraie vocation de la photographie et du photographe. Selon l’artiste, le photographe doit être en mesure de créer et cela à l’aide d’appareils «argentés» ou numériques, peut importe. Il doit également savoir véhiculer un message qui répond au désir de ceux qui regardent, jugent et apprécient la photo. C’est ainsi que le tableau «Miroir brisé» veut exprimer le rêve, tandis que celui dénommé : «Rouget de Roche», présente le paysage halieutique et les espèces qui y vivent. Certains tableaux présentent la vie, le vécu quotidien, le fantasme, entre autres. Ces thèmes ayant dominé de prime abord l’exposition des jeunes photographes, ils ont été restitués à travers des tableaux à base de technique «photoshop» et du collage artistique. Grâce à ces deux techniques, diverses photos ont été restituées dans leur cadre originel. Une manière de revivifier tous les aspects de la photographie et de la production photographique, encore mal saisis. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com