Basket – Finale Coupe de Tunisie (Garçons)/ S.N. – J.S.K. (94 – 88) : Le S.N. avec panache





Grand désabusement dans les rangs kairouanais, après la perte des deux trophées, coupe et championnat, en l’espace d’une semaine. La J.S.K. a-t-elle payé le tribut d’une saturation physique et mentale, suite à cette succession effrénée de matches extrêmement éprouvants? Le S.N., pour sa part, s’est fort bien racheté de sa déconvenue de la saison passée, et a amplement mérité son sacre. Les premières minutes nous édifièrent sur l’énorme potentiel offensif des deux équipes. Et à ce jeu, Ben Abdallah, auteur des 8 premiers points de son équipe et Slimène, qui a marqué pas moins de 15 points au cours du quart-temps initial nous gratifièrent d’un spectacle haut en couleurs. Les Nabeuliens optèrent, en alternance, pour les contres grâce à une bonne anticipation et les tirs de loin, puisqu’ils réussirent à marquer 5 paniers à 3 points (Ben Abdallah à deux reprises, Mbarek, Maâloul et B. Hadidane). Quant aux Kairouanais, ils choisirent les pénétrations grâce à la technique de Slimène et la puissance de Bouden. Globalement, ce premier quart-temps fut légèrement dominé par les Potiers (15-7), et (23-18), des écarts réduits une première fois à néant (15-15), et une deuxième fois à 3 points seulement à la fin des 10’ initiales (26-23). Léger changement de décor lors du second quart-temps, avec des Kairouanais plus décidés et qui le contrôlèrent de bout en bout, à la lumière de cette évolution du score (32-35), (36-40), (38-46), soit un écart de 8 points. Entre-temps, les deux entraîneurs commencèrent leur coaching avec l’incorporation de Ferjéni, Jaouadi et Tebbini qui à 3’40’’ suppléa Bouden, auteur de sa troisième faute, côté J.S.K; et Mohamed Hadidane qui opéra aux côtés de son frère Béchir, ainsi que Senoussi,le fils de l’entraîneur du S.N. Après avoir observé l’homme-à-homme, le S.N. opta pour la zone, qui ne lui réussit pas tellement et les Potiers d’accuser le coup (43-50) avant d’atteindre la pause à (47-51). A la reprise, les Nabeuliens ont donné à voir une meilleure fraîcheur physique qui leur permit de remonter 11 points (62-55). Dans un sursaut rageur, les Kairouanais alignèrent un net (10-0) et reprirent l’avantage (62-65). Mais à partir de cette marque, le compte à rebours commença pour eux, d’autant plus que Maoua écopa sa quatrième faute à 4’. Il fut remplacé par M. Kechrid, si bien que les Aghlabides opérèrent avec trois joueurs petits de taille (Ferjéni, Dhouibi et M. Kechrid), ce dont profitèrent les Potiers qui les dépassaient à ce niveau pour boucler le troisième quart-temps à leur avantage (72-70). Jusqu’à la fin de la partie, ils ne furent jamais rejoints. Et ce quart-temps final fut dominé de la tête et des épaules par un Maâlaoui pimpant de vitalité, aussi bien au niveau des rebonds offensif et défensif, qu’à celui des tirs à mi-distance ou de loin. En face, il y avait aussi un phénoménal Slimène. Mais ce dernier, en voulant prendre le match entièrement à son compte, a fini par sombrer dans un individualisme excessif.Après la sortie de Maoua pour cinq fautes à 2’45’’, Slimène puis Bouden en firent autant. Les Nabeuliens tenaient leur victoire, grâce à leur meilleure fraîcheur physique mais aussi mentale, ayant fait preuve de plus de lucidité vers la fin du match. Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com