Ce soir, Les Palestiniens de T. Jebali : « Cet obscur objet théâtral »





«Qu’est-ce qui est plus vrai? Le trait noir sur la page ou le blanc à côté?». «La page qui fut d’abord blanchie est maintenant parcourue de haut en bas de minuscules signes noirs : les lettres, les mots, les virgules, les points… et c’est grâce à eux qu’on dit que cette page est lisible…».C’est à partir du concept de la page blanche et du trait noir que Taoufik Jebali met en espace les textes de Jean Genet. Les Palestiniens dont la première est prévue pour ce soir, à la salle le Carré d’art d’El Teatro, est une nouvelle création de théâtre-danse-musique inspirée d’un écrit de Jean Genet portant le même intitulé ainsi que des extraits de 4 heures à Chatila et de Un captif amoureux. Les Palestiniens est en fait un travail de mise en espace d’une monture textuelle sur une variation en musique et chant de Néjib Charradi et une chorégraphie de Karry Kamel Karry. Raouf Ben Amor, Taoufik Jebali, Dorra Zarrouk, Néjib Charradi et Mohamed Ali Ben Jemaâ marquent par la présence, la danse et le chant le lieu du spectacle au milieu des spectateurs qui partagent le même espace qu’eux. Les Palestiniens de Jebali est une évasion brève dans le noir absolu éraillé par endroits par la calligraphie de Mohamed Guiga.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com