«Représentations de la Méditerranée» : Un pont de dialogue entre les rives de Mare Nostrum





«Sans la Méditerranée, l’histoire universelle ne peut être écrite, cela s’assimilerait à l’ancienne Rome ou Athènes, sans forum rassemblant les individus». Cette assertion du philosophe allemand Hegel, a inspiré les instances culturelles et associatives allant à l’instar de la Fondation Konrad Adenauer, en exprimant un intérêt particulier à la signification culturelle et historique de la Méditerranée. Cette fondation vient de superviser la traduction du livre en arabe «Les représentations de la Méditerranée». Une cérémonie pour célébrer la finalisation de ce projet s’est tenue avant-hier après-midi à Tunis. Comment peut-on rétablir les ponts du dialogue entre les cultures des deux rives de la Méditerranée en cette période de conflits et de tensions? Cette question est capitale et donne matière à réflexion. Mais une réponse juste à cette interrogation interpelle aujourd’hui toutes les instances scientifiques, culturelles, associatives et politiques des pays méditerranéens. C’est pour répondre justement à ces multiples défis que la Fondation Konrad Adenauer s’est engagée, à sa manière, à rétablir un nouveau cadre de partenariat euro-méditerranéen qui tente de renforcer, au-delà du développement économique et de la coopération, les relations culturelles et politiques entre l’Europe et les pays méditerranéens. Afin justement de tenter dans un premier temps de relever le défi culturel qui s’inscrit parmi les objectifs que s’est fixés la Fondation Konrad Adenauer, M. Hardy Ostry représentant de cette fondation à Tunis a expliqué que pour rétablir le dialogue entre les pays méditerranéens, il faut s’engager à promouvoir la recherche et les publications scientifiques de part et d’autre des deux rives des pays de «Mare Nostrum». «C’est dans ce contexte que le savoir produit par ces chercheurs, les intellectuels et les artistes peut être accessible à tous. C’est aussi pour nous un autre moyen de rassembler les gens autour d’un projet concret véhiculant les mêmes valeurs politiques, culturelles et économiques» commente le responsable local de la Fondation Adenauer. * Nouveaux jalons Ainsi, le nouvel ouvrage intitulé: «Les Représentations de la Méditerranée» dont la publication et la traduction ont été assurées par dix chercheurs et écrivains du Maroc, de Tunisie, d’Allemagne, de France, d’Egypte, d’Espagne et d’Italie, vient de poser les nouveaux jalons d’une initiative prometteuse, celle d’intégrer le processus culturel dans les accords d’échange entre les pays méditerranéens. Depuis le processus de Barcelone en 1995 qui a associé le volet culturel aux accords du libre échange et jusqu’à nos jours, la composante culturelle est devenue un élément incontournable du dialogue entre les pays de la Méditerranée. «Traduire ainsi ce livre relève d’une contribution notoire. C’est aussi une manière de mettre ce texte à la portée de nombreux lecteurs dans le monde arabe» a précisé Thierry Fabre responsable du pôle Euromod à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Mais le projet de publication du livre «Les représentations de la Méditerranée» était au départ une initiative française qui a pris naissance à partir de l’examen d’une carte méditerranéenne établie par des géographes andalous. Par la suite, l’idée a donné naissance à la conclusion selon laquelle il est possible de restituer et de développer une série de représentations historiques, politiques, culturelles formant une identité unique pour la Méditerranée. Il s’agit de restituer à cet espace son histoire à partir de ses origines romaines, phéniciennes, carthaginoises, arabes et chrétiennes entre autres. Ainsi, une série de textes a été rassemblée et une confrontation a été faite entre les différentes approches pour créer dans l’harmonie un dialogue fécond. «On s’est rendu compte, à cet effet, et au fur-et-à mesure de nos investigations que les échanges entre les cultures méditerranéennes sont permanents. En témoigne la réussite du raï en Occident et d’autres domaines comme le théâtre et la culture. Ce qu’il faudrait surtout encourager c’est la promotion de ces domaines», propose M. Pierre Robert Baduel, directeur de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain. Edité en onze tomes consacrés chacun à un volet historico-géographique et culturel de la Méditerranée, «Représentations méditerranéennes» vient ainsi répondre de façon concrète à cette ambition posant les jalons d’une réussite, de la même manière que la voie empruntée par le raï et autres pratiques culturelles. Ousmane wagué


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com