Face-à-face/ Orientation universitaire: à qui revient la décision?





Après avoir décroché le bac, les étudiants doivent sélectionner une filière. Généralement le choix émane des aspirations et des tendances personnelles. Or, certains accusent leurs parents de leur imposer une filière qui leur importe peu… Qu’en disent bacheliers et parents? * M. Mahmoud, un père retraité «Je suis complètement contre l’obstination de certains parents qui imposent à leurs enfants une filière. L’essentiel est de voir nos enfants réussir, peu importe le domaine. De mon côté, j’aurais aimé voir l’un de mes enfants devenir médecin. Mais tous les trois ont opté pour l’ingénierie et je n’ai pas contesté leurs choix. Je sais que c’est un domaine porteur et un secteur à perspectives. Cependant, certains n’ayant pas pu réaliser un rêve, aimeraient le réaliser à travers leurs enfants. Or, ces enfants peuvent à leur tour avoir un autre rêve totalement différent. Je crois que le rôle des parents se limite à l’encadrement, au conseil et à l’étude des possibilités d’orientation, mais la décision revient toujours à l’étudiant lui-même». * Mohamed Zrelli, bac économie «J’ai certes constaté que bon nombre de mes collègues n’arrivent pas à décider seuls de leur orientation. Ils demandent l’avis de leurs parents. Mais ce constat se fait de moins en moins. Personnellement, je décide moi-même de mon avenir estudiantin. Je suis raisonnable dans mes choix, j’opterai pour la filière des finances à l’ESC ou l’ESCE. Mon choix n’est pas arbitraire. Je suis sûr qu’en optant pour cette filière, il sera facile ultérieurement de décrocher un poste dans une banque. Du moment que mes parents sont convaincus de l'utilité de mon choix, je ne vois pas pourquoi ils s’y opposeront. D’ailleurs, si les parents en général interviennent, c’est plutôt pour conseiller leurs enfants puisqu’ils ont plus d’expérience et connaissent mieux que nous le marché de l’emploi». Propos recueillis par A.C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com