Handball/ A.S.F.S. : La griffe de Romani





Après une seule saison blanche où les trophées n’ont pas garni le local du club, l’A.S.F.Sahel renoue avec les titres en remportant la Coupe. La logique a de nouveau prévalu. Pour les Sahéliennes, la déception était énorme à la fin de la saison écoulée. Pour une équipe habituée aux doublés, terminer la saison sans remporter l’un des deux titres mis en jeu était dur à digérer. Les joueuses étaient inconsolables mais Kamel Romani, l’homme à tout faire de cette équipe (président, entraîneur et véritable patron) prenait les choses avec philosophie: “C’était dur, mais ce n’est qu’un accident de parcours et l’équipe renouera très rapidement avec les titres”. Les événements ont fini par lui donner raison puisque ses filles ont repris leur domination. D’ailleurs, elles ont annoncé la couleur dès le premier tour de la Coupe en éliminant Ennour de l’Ariana, leur bourreau la saison dernière. En finale, elles ont eu affaire à leur plus redoutable adversaire, Al Hilal, la véritable révélation de cette saison puisque les deux clubs occupent actuellement le fauteuil du leader et vont devoir trancher lors de l’ultime journée du championnat pour remporter le titre de champion. Et là, on ne peut que rendre un vibrant hommage aux Hilaliennes pour leur fabuleux parcours malgré des moyens matériels fort limités. * Une mentalité de gagneur La domination sahélienne sur le handball féminin depuis plus d’une douzaine d’années n’est pas le fruit d’un simple hasard. Dans ce club qui ne dispose pas pourtant d’un grand budget, on cultive la mentalité de gagneur aux joueuses dès leurs premiers pas. En effet, les cadettes et les juniors ont pris l’habitude d’imiter leurs ainées et de rafler tous les titres, ne laissant que des miettes à leurs adversaires. Elles forment également l’ossature des sélections nationales et on retrouve même des cadettes qui évoluent avec les seniors en pleine saison. La griffe de Kamel Romani, un amateur des défis, est bien visible. Quand la situation l’exigeait, il n’hésitait pas à faire l’entraîneur pour redonner la flamme à son équipe: “Quand je suis là, les joueuses se sentent motivées et rassurées. Elles me comprennent d’un seul regard ou d’un simple geste. On vit ensemble une fabuleuse aventure qui se traduit par les nombreux titres remportés et on n’a pas envie que ça s’arrête un jour”. L’euphorie de la Coupe passée, les Sahéliennes se sont remises à l’œuvre pour essayer de remporter le doublé. Mais elles auront fort à faire face à Al Hilal qui n’a pas encore dit son dernier mot. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com