Le Fait/ La chance aux jeunes





Malgré la cueillaison du titre suprême, à l’échelle continentale, de champion d’Afrique, tout un chacun est loin d’être dupe du niveau réel de notre foot. D’ailleurs, et on l’a ressassé à maintes reprises, cette E.N. qui nous a valu cette distinction historique, est composée majoritairement de joueurs opérant à l’étranger et se prévalant, sinon d’un meilleur niveau technique, du moins d’un tout autre état d’esprit imprégné de professionnalisme, que celui de mise dans nos contrées. C’est assurément un problème de défaut de culture, dans son acception pluridimensionnelle, qu’elle soit intellectuelle, sociale, professionnelle, éthique et même tout simplement sportive, une carence qui bémolise le «rendement» (c’est quasiment une impropriété) du joueur, du dirigeant, de l’entraîneur et de tous ceux qui sont impliqués dans la chose sportive dans notre pays. Un sujet qui exige une vaste réflexion, en fait. Tenons-nous-en au volet technique. Nul n’ignore que, depuis deux décennies environ, les mêmes noms d’entraîneurs, à hauteur de 80%, monopolisent le circuit de la profession en Tunisie. La plupart, pourtant blasés, vidés de toute substantifique moelle, faisant depuis longtemps du sur-place, donc régressant perceptiblement, continuent à être convoités et prisés, notamment par les grands clubs. Il est vrai que les dirigeants tiennent à assurer leurs arrières, derrière de «grands» noms, en cas d’échec. Mais est-ce la panacée ? Entre-temps, des générations et des générations d’entraîneurs détenteurs du troisième degré (dont un récent stage vient d’être effectué et auquel ont participé 64 techniciens parmi eux certains occupant actuellement d’augustes responsabilités) vivent un cheminement footballistique totalement anonyme. Quand les dirigeants auront-ils le courage de confier les destinées techniques de leurs clubs à des jeunes qui n’attendent qu’un geste pour faire étalage de leur savoir-faire ? De toutes les façons, ces mêmes dirigeants ne perdront sûrement pas au change, à la lumière du paupérisme technique qui se donne piteusement à voir depuis des lustres. W.S.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com