A partir de la prochaine rentrée universitaire : Les «étudiants-secouristes» arrivent





Une soixantaine d’étudiants prendront part au mois de juillet prochain à un programme de formation dans les techniques du secourisme. Au terme de ce programme, les étudiants-secouristes seront établis dans les établissements universitaires pour y intervenir en cas d’accidents. Tunis - Le Quotidien Soixante-et-un étudiants des différentes régions du pays se retrouveront à partir du 11 juillet à Hammamet pour participer à un cycle de formation dans le secourisme durant une semaine. Cette action organisée par la Mutuelle nationale des étudiants tunisiens (MNET) et la Mutuelle nationale des accidents scolaires et universitaires vise, à cet effet, la formation d’un effectif d’étudiants dans les techniques de sauvetage et l’intervention en cas d’accidents dans les milieux universitaires. La MNET qui compte près d’un millier d’adhérents a fait appel dans ce cadre à des experts professionnels de l’organisation du Croissant Rouge tunisien qui vont encadrer les étudiants participant à cette session de formation au terme de laquelle ils obtiendront des diplômes qui leur permettront de participer à des délégations d’aide et de secours opérantes dans le monde sous l’égide de l’organisation des Nations unies (ONU). Le programme comprend également d’autres manifestations d’animation. A propos des raisons qui ont poussé la MNET à penser à organiser cette session de formation, M. Noureddine Trimèche, secrétaire général de la Mutuelle, indique que «le nombre d’étudiants dans les établissements universitaires est de plus en plus grand, ce qui fait que le nombre d’accidents tend à augmenter. Pour faire face à ce risque, il s’est avéré plus pratique et efficace de former des étudiants qui logent dans les foyers universitaires et qui disposent des techniques de prévention et de secours en cas de catastrophe». Le responsable souligne par ailleurs que «l’année universitaire qui vient de s’achever a enregistré plus de 40 accidents plus ou moins graves dont quatre (4) ou cinq (5) ont été mortels. Les 61 étudiants-secouristes qui vont être répartis à travers les différents foyers et cités d’hébergement universitaire joueront ainsi un rôle très important dans la sensibilisation et l’encadrement des étudiants afin d’éviter les risques d’accidents». * Des exigences nouvelles Par ailleurs et à propos de la prise en charge psychologique des étudiants, M. Trimèche note l’insuffisance de spécialistes établis dans les établissements universitaires. Et de préciser que, par exemple, pour les 40 mille étudiants du Campus universitaire Tunis-El Manar, il existe uniquement un seul spécialiste en psychiatrie. Mme Sihem Ben Naceur, psychiatre opérant au MNET, indique néanmoins que la majorité écrasante des étudiants qui viennent solliciter une assistance médicale souffre de perturbations liées à la santé psychique. «La plupart du temps, on fait face à des cas de dépression et à des symptômes de perturbations psychiques qui tendent à être les phénomènes les plus répandus vu que la majorité des nouveaux bacheliers accèdent à l’université avant d’atteindre l’âge de la maturité psychique», affirme-t-elle. Ainsi, il serait opportun de multiplier le nombre de spécialistes en psychiatrie afin de répondre à ces nouvelles exigences. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com