Production clandestine de détergents : Un gérant écope de six mois de prison et 7000 DT d’amende





Le tribunal de première instance de Tunis a condamné un gérant de société à six mois de prison et sept mille dinars d’amende pour avoir fabriqué et commercialisé un produit détergent ayant provoqué des brûlures et des lésions sur les mains d’une cliente... Tunis - Le Quotidien Malgré les efforts déployés par les autorités compétentes en vue de lutter contre les ateliers clandestins de fabrication de produits détergents et la vigilance des services de contrôle, quelques énergumènes continuent toujours à opérer dans l’illégalité, fabriquant au passage des produits dangereux et néfastes à la santé. L’on se souvient, à ce propos, des grandes campagnes lancées par les autorités concernées et qui ont conduit à fermer des dizaines d’ateliers spécialisés dans la fabrication de produits détergents (eau de javel, alcool à brûler et grésil). Entre-temps, une cliente qui a utilisé de l’eau de javel produit par un atelier clandestin, a été victime de graves brûlures et des lésions sur ses mains. La jeune dame qui s’approvisionnait chez un marchand ambulant n’a pas hésité à le dénoncer aux agents de l’ordre. Le commerçant a été ainsi interrogé. Il n’a pas manqué à donner le nom de son fournisseur. Dès lors, une procédure judiciaire a été engagée afin de délimiter les responsabilités dans cette affaire. Il s’est avéré alors que le fournisseur a transformé un petit garage situé dans le jardin de sa propre maison en un atelier où il fabriquait des produits détergents en tous genres. La marchandise est commercialisée ensuite par des marchands ambulants dont le deuxième suspect dans cette affaire. Les deux accusés ont été alors déférés devant le tribunal de première instance de Tunis. La Cour, après avoir entendu la victime et prit part du contenu des rapports des experts, a condamné le propriétaire de l’atelier à six mois de prison et sept mille dinars d’amende. Son complice a écopé de trois mois de prison. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com