Le C.S.S. champion arabe 2004 : La générosité récompensée





Ils y ont cru et ils ont été récompensés. Les Sfaxiens ont souffert pour aller au bout de leur rêve et leur sacre a été amplement mérité. Au départ, cette Coupe arabe dans sa nouvelle version n’était pas l’objectif majeur du CSS qui a débuté la compétition par un faux-pas surprenant au Zouiten face au Zamalek (1-3) et une défaite logique devant l’EST à Kairouan (0-1). La qualification au tour suivant devenait quasi-impossible, mais une belle réaction face aux Sang et Or et une victoire «inespérée» au Caire sur le même Zamalek, déjà qualifié. Dès lors, tout a changé et le titre arabe devint du coup le principal objectif. Il est vrai que la situation financière du club, à la traîne depuis l’été dernier, incitait les dirigeants à tout miser sur la Coupe arabe qui promettait les revenus consistants à même de résoudre tous les problèmes d’argent au club. Les joueurs l’ont également compris et se sont investis à fond pour aller très loin dans cette compétition et ils n’ont pas eu tort puisque la récompense était au bout de cette aventure qui a servi le CSS à tous les niveaux. * Souffrance et...bonheur Pour revenir à la finale, disputée contre Al Ismaïly, notons que l’essentiel a été fait même si le CSS n’a pas convaincu et n’a pas eu le même rendement que lors des demis-finales devant Zamalek. La fatigue et la lassitude physique auraient pu jouer un mauvais tour aux Sfaxiens qui ont trop souffert face à des Egyptiens survoltés et déterminés à l’emporter. Le rythme d’enfer imposé au CSS a été difficile à soutenir et on ne peut leur demander plus. Dans cette finale, il fallait éviter de prendre l’eau et tenter de surprendre l’adversaire qui était plus frais. La prestation des Sfaxiens était approximative et la sortie de Merdassi, expulsé en fin du match, a davantage compliqué les choses. Dans de telles conditions où les jambes ne répondaient pas parfaitement, ce sont la combativité et la générosité des joueurs qui comptaient. Les poulains de Mahjoub n’ont point été avares en engagement et ont gagné leur pari au bout du suspense en s’imposant aux penalties. Le CSS vient de réaliser son rêve et d’honorer son statut de représentant du football tunisien sur la scène arabe. La mission était des plus ardues mais le cœur y était. Avec un tel dévouement, tout devenait possible et les Sfaxiens ont finalement eu le dernier mot. Bravo. Kamel ZAIEM _______________ * Mrad Mahjoub : «Sacre mérité» «La mission des joueurs n’était pas facile et l’équipe d’Al Ismaïly était meilleure lors de cette finale. Les joueurs étaient fatigués et n’ont pas évolué comme lors de leur double confrontation en demi-finales face au Zamalek. Toutefois, le CSS mérite ce premier titre arabe, surtout après son excellent parcours lors des éliminatoires de cette compétition où il était le meilleur. Les joueurs se sont bien préparés lors des entraînements à la séance des tirs au but, et l’essentiel est d’avoir réussi à remporter ce premier titre malgré la valeur de l’adversaire. Un titre mérité d’autant que les joueurs ont évolué à dix lors des prolongations».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com