Changements climatiques en Tunisie : Les experts analysent le phénomène





La Méditerranée d’une façon générale et la Tunisie en particulier ne sont pas à l’abri des aléas climatiques. Les experts réunis hier à El Mechtel ont analysé le phénomène. Tunis - Le Quotidien L’Association tunisienne des changements climatiques et du développement durable a organisé hier une importante journée scientifique consacrée au thème : «Le climat de la Tunisie et les changements climatiques». Cette rencontre était motivée par un constat manifeste. Durant les dernières années la Tunisie a connu des variations de températures, ponctuées par des pluies abondantes et des baisses de pluviométrie inquiétantes. Ces variations s’inscrivent dans une conjoncture mondiale marquée par des phénomènes météorologiques extrêmes susceptibles d’augmenter de fréquence et d’intensité. Des spécialistes de l’Institut national de la Météorologie (INM) de l’Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM) ainsi que des enseignants de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis ont analysé les changements climatiques en Tunisie. Tous étaient unanimes à considérer que l’impact des variations climatiques sur la Méditerranée et particulièrement sur la Tunisie est réel. M. Ali Harzallah de l’INSM a indiqué que les différentes recherches sont formelles : les variations sont inhérentes à la nature depuis plus de 2000 ans. Les différentes coupes dans les calottes glacières du pôle nord et du pôle sud ont permis de retracer l’histoire de la climatologie de notre planète. * Forte pression Depuis 1980, les variations brusques relèvent de l’action humaine. La Tunisie a subi les aléas de la forte pression atmosphérique exercée sur la Méditerranée. «Ces hautes pressions devenues plus intenses font que l’atmosphère agit de façon plus forte sur la mer faisant échapper l’eau vers l’Atlantique à travers le détroit de Gibraltar et faisant baisser son niveau», explique M. Ali Harzallah dans son intervention. Notre littoral va subir les répercussions de ces variations. Des terres arables sont menacées par l’avancée de la mer. Des infrastructures littorales sont menacées. Selon des études réalisées sur la base d’observations par le biais du satellite Topex- Poseidon le niveau de l’eau augmente à un rythme de 2,5 mm/an depuis 1993. Certains zones de l’île de Kerkennah sont réellement menacées par l’envahissement de l’eau. Dans quelle mesure peut-on maîtriser la situation et atténuer les risques? Répondant à la question du Quotidien, Mme Latifa Hénia, enseignante à la faculté des Lettres et des Sciences humaines affirme que les pays concernés doivent se préparer. «Il faut prendre en compte ce phénomène dans les différents plans de développement pour renforcer les capacités d’action», dit-elle. Seules les solutions de parade, basées sur l’évaluation des risques et l’analyse des données scientifiques sont en mesure de nous mener à bon port et d’atténuer l’ampleur des conséquences induites par les variations climatiques. Lotfi Touati


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com