Hommage à la Tunisie nouvelle : Regard sur un pays futuriste





A l’occasion du lancement de l’ouvrage «La Tunisie de Ben Ali : Les défis de l’émergence», écrit conjointement par Yves Brissette, Luc Dupont, deux Canadiens et Moncef Guitouni, un Tunisien qui a choisi le Canada pour résider, l’association canado-tunisienne a organisé avant-hier dans un hôtel de la place une rencontre. Qui était d’une haute teneur. «Quand on arpente les rues de Tunis, on y voit de la joie. Les Tunisiens sont, en gros, heureux et fiers de leur appartenance. Je vous parle ici en tant qu’étranger, qui a visité près de 80 pays. Ceci m’a permis d’avoir du recul et de constater que je suis devant un pays qui se démarque. Il y a de la sécurité dans les villes, de la stabilité politique. Et il y a cette classe moyenne qui ne vit pas le désespoir et la misère. Cette misère qui m’a frappé en me rendant dans quelques pays. Certes aucun pays dans le monde n’est parfait mais la Tunisie par ses assises se défend bien. La Tunisie d’aujourd’hui est dans la phase de l’affranchissement de l’émergence...», nous a expliqué Luc Dupont, l’un des trois auteurs de «La Tunisie de Ben Ali : Les défis de l’émergence» avant l’ouverture de la séance qui s’est déroulée devant un parterre de politiques, critiques et autres simples citoyens. L’ouvrage qui contient 152 pages met effectivement en relief les grandes réalisations de la Tunisie nouvelle qui, sous la férule du Président Ben Ali, a pu relever le défi, «conserver la nécessaire cohésion nationale face aux convoitises de toutes sortes, par-delà les appartenances politiques et idéologiques, afin de sauvegarder et faire fructifier ses acquis dans un environnement international de plus en plus impitoyable...». Tuniso-canadien, Moncef Guitouni, chercheur, consultant et conseiller dans plusieurs domaines d’éducation de l’enfant est aujourd’hui fier d’appartenir à ce pays riche de ses hommes : «qui savent construire l’avenir. Grâce à la sagesse aussi du Président Ben Ali, qui a misé sur la justice sociale et le développement, la Tunisie que j’ai dans mon sang est forte de son infrastructure et de ses actions visionnaires, bien gérées par des cadres crédibles. Notre capital est donc dans l’humain...», précise le président de l’association canado-tunisienne. Cet ouvrage démontre donc le vrai visage de la Tunisie aux étrangers, aux Tunisiens qui vivent loin de leur pays natal afin de leur expliquer la stratégie du gouvernorat tunisien dans ces moments cruciaux qui perturbent le monde d’aujourd’hui. «La Tunisie de Ben Ali : les défis de l’émergence», qui a été lancé à Paris, il y a quelques jours au Centre culturel tunisien en présence de Abdelbaki Hermassi, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Loisirs a été édité en octobre dernier par Carte Blanche en 5000 copies distribuées en France et au Canada. On trouve tout sur la Tunisie et ses réalisations : le pourquoi du 7 novembre, la démarche visionnaire de son Président, la démocratie propre au pays, la Femme, le Tourisme, la politique étrangère, l’affranchissement économique et autres actions humanitaires. Un chapitre a été aussi consacré à la mondialisation de la solidarité qui a été un pari réussi. Le Fonds Mondial de Solidarité (FMS) qui a été adopté par les Nations unies est le meilleur témoin de la réputation des Tunisiens, de leur perpétuel combat contre la pauvreté, l’inégalité et de continuer à «instaurer la culture du pardon et de la tolérance» pour préserver la dignité de l’homme là où il est. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com