Tournoi féminin de football : De mieux en mieux…





Le deuxième tournoi de football féminin a désormais vécu. Disputé dimanche et lundi derniers ce nouveau rassemblement évaluatif n’a pas manqué d’apporter son lot de satisfactions mais aussi de déboires dans la mesure où l’organisation n’a pas été parfaite. Loin de là, on peut même assurer qu’elle aura été le seul point noir de ce tournoi. Il faut avouer cependant que les organisateurs ont été pris de court après le désistement à la dernière minute du co-organisateur. Ne voulant nullement le reporter, encore moins l’annuler, le DTN Belhassen Malouche a pris courageusement sur lui pour l’organiser aux dates fixées au préalable. Mais si son défi n’a réussi qu’à moitié, on ne peut que l’en féliciter, ainsi que son adjoint Salem Kraïem chargé du foot féminin, pour les efforts consentis d’autant qu’ils se sont retrouvés pratiquement seuls. Côté satisfactions on ne peut guère passer sous silence la farouche détermination et la bonne volonté des responsables des associations engagées dans la compétition. Mais surtout, et essentiellement, le niveau appréciable atteint par les différentes formations dont la progression est on ne peut plus apparente et qui ont certainement mis du baume au cœur et des responsables et des organisateurs. * Progression lente mais sûre A voir effectivement le niveau de certaines équipes à l’image de Zama Sports de Siliana, du Club Tunisien de Sfax, de l’ISSEP du Kef ou encore de l'ASF Sbeitla dont trois ont participé pour la première fois et qui n’ont que deux mois tout au plus d’existence, on ne peut en effet, qu’applaudir des deux mains pour le travail accompli. Tout en espérant bien entendu qu'on ne s’arrête pas en si bon chemin et qu’on passe preuve d’autant de sérieux dans les mois à venir pour que le décollage soit bel et bien réussi. En ce qui concerne la compétition en elle-même, disons qu’elle a été sans nul doute meilleure que la précédente ne serait-ce que sur le plan de l’indécision et l’intensité des débats, plusieurs formations ayant été de valeur sensiblement égale. Et si le ST est parvenu à monter sur la plus haute marche du podium pour la seconde fois d’affilée, ceci n’enlève rien au mérite des autres protagonistes qui n’ont point démérité affichant de très belles prédispositions. * Le ST, un brin au-dessus du lot Treize formations ont pris part à ce tournoi, réparties sur trois groupes. Les éliminatoires ont consacré la qualification du Sporting de Tunis, du ST, de la Cité Universitaire Bardo II, du Club Tunisien Sfaxien, de l’ASF Sahel et de l'ASF Sbeitla. A l’exception du ST, large vainqueur de l’UST, et de l’ASF Sahel qui ont eu affaire à des néophytes, donc jeunes formations, les autres vainqueurs ont eu les pires difficultés pour assurer leur passage au tour suivant. C’était le cas du Sporting, qualifié aux dépens d’une équipe marsoise accrocheuse à souhait malgré ses vingt jours d’existence. C’était le cas également du Club tunisien de Sfax difficile vainqueur de l’ASF Kairouan et de l’ASF Sbeitla lequel a peiné longtemps avant de mettre à la raison le Tunis Air Club. Parmi les formations éliminées dès le premier tour, c’est incontestablement le Zama Sports de Siliana qui a laissé les meilleures impressions. Opposée à la Cité Universitaire du Bardo la jeune formation silianaise l’a acculée à recourir aux tirs au but pour s’en sortir. Les Silianaises ont pratiqué en effet un football réfléchi mettant en difficulté le finaliste du premier tournoi auteur d’un seul but réussi par l’intermédiaire de sa buteuse Anissa Kaouam. D’ailleurs, cette formation silianaise fera du chemin, soyons-en sûrs. * Débats intenses Les quarts de finale, limités toutefois à trois rencontres seulement, l’ASF Sahel ayant été qualifiée par tirage au sort, nous ont permis d’assister au meilleur match du tournoi, celui qui a opposé le ST et le Sporting de Tunis. L’équipe bardolaise a commencé par imposer son jeu fait de passes courtes et de triangulations qui ont désarçonné les Sportingwomen et permis à Yosr Toubène, par deux fois, et Nejla Gharbi de mener par (3-1). Mais la rentrée de Amira Béjaoui, allait stabiliser la formation tunisoise. Quoique handicapée par une méchante blessure à la cheville elle a pu orienter le jeu de ses partenaires permettant dans un premier temps à Nesrine Drissi de réduire le score avant d’égaliser elle-même sur la fin de la rencontre. Les inévitables et éprouvants tirs au but ont consacré cependant la victoire des Stadistes lesquelles ont bien tremblé. Or, si le vainqueur du premier tournoi l’a finalement échappé belle, il n’en fut pas de même pour le finaliste qui a mordu la poussière devant une attachante et fougueuse équipe sfaxienne. Pourtant, les Universitaires n’ont qu’à s’en prendre à elles-mêmes pour avoir fait preuve d’une indigence offensive alarmante, voire... désarmante ! C’est peut-être l’adjectif qui sied le mieux à la situation de la formation universitaire, composée pourtant de bonnes individualités à l’image de Anissa Kaouem, Oumaïma Mouaouia, Chmous Kebiri, Najeh Attiaoui et autres Hanène Slama. Faisons toutefois confiance à leur coach Mohamed Mosbahi pour rectifier le tir et remédier à cette lacune. La troisième confrontation a permis pendant ce temps aux Keffoises de l’ISSEP de faire étalage de toute leur classe pour étriller la courageuse mais frêle formation de l’ASF Sbeitla. La place était cédée dès lors aux demi-finales disputées dans la matinée de lundi et qui ont permis à l’ASF Sahel d’assurer sa présence en finale sans trop forcer son talent, grâce aux deux réalisations de Mariem Mbarek et Karima Kouraïchi, aux dépens du CT Sfax qui s’en est sûrement ressenti des efforts consentis la veille. Pendant ce temps le ST peinait encore une fois, puisqu’étant accroché par l’ISSEP du Kef éliminé en fin de compte à l’issue des penalties. * Un goût d’inachevé… Et pour cause ! On attendait beaucoup mieux de la part des deux formations finalistes comptant il est vrai parmi les meilleures et les plus régulières. Apparemment elles y sont parvenues pratiquement exténuées après le véritable marathon imposé aux participantes en pleine canicule. En tout cas, le niveau aura été tout juste moyen, bien que les deux protagonistes se soient évertués à présenter à l’assistance un spectacle digne de leur réputation naissante. Mais aussi bien les muscles que la tête ne répondaient plus que par à-coups. La confrontation s’est déroulée par ailleurs sur deux tons. A la bonne volonté, la fougue et la générosité des Sahéliennes, les Stadistes ont répliqué par leur assurance et leur... métier. La formation stadiste paraissait en effet plus mûre et mieux organisée, répondant à la domination que tentaient d’imposer Karima Kouraïchi et ses partenaires par des contres rapides et très dangereux menés notamment par Afef Kacem et Marwa Laâbidi. Alors que de l’autre côté les tentatives portaient la griffe de Imène Aouichaoui (alias Figo) et Samira Sahtout, laquelle a vu ses deux essais aller s’écraser sur le montant droit de la gardienne stadiste et sur la transversale. Le tournant du match s’est situé justement à l’issue de cette dernière tentative, car sur le contre Afef Kacem s’est échappée du centre du terrain brûlant la politesse à son ange-gardienne Fatima Atrous. Cette dernière n’a eu d’autre recours que de la ceinturer à l’orée de la surface de réparation écopant ainsi d’un carton rouge ! Quelques minutes plus tard c’était au tour de Marwa Laâbidi de prendre de vitesse la défense adverse et aller ouvrir le score. Une petite avance que les Bardolaises ont su préserver jusqu’à la pause. En seconde mi-temps, les Soussiennes sont revenues sur le terrain décidées à refaire le terrain perdu... Il leur a fallu attendre cependant dix-huit minutes pour voir Karima Kouraichi profiter d’un travail élaboré par Imène Aouichaoui sur le flanc droit pour glisser le ballon dans les filets stadistes. Auparavant celles-ci ont eu l’occasion de tuer le match en ratant deux nettes occasions de scorer. Mais c’est au moment où on s’acheminait vers les tirs au but que la défense sahélienne allait commettre une bourde monumentale dont profitait l’inévitable Afef Kacem afin de donner la victoire aux siennes aux ultimes secondes de la rencontre... Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com